La pratique du « bébé nageur », peut être pas si saine que ça

La pratique du « bébé nageur », peut être pas si saine que ça

La pratique du « bébé nageur » dans les piscines au chlore serait loin d'être saine. Dix ans après, on constate des lésions irréversibles. Et deux fois plus d'asthme et de bronchites récurrentes. Suite à une étude dirigée par le Professeur Alfred Bernard du FNRS, il a été constaté que dix ans après avoir été «bébés nageurs», les enfants présentent des troubles de perméabilité aux poumons, notamment des lésions cellulaires significatives, ou perte de l'ordre de 20% des cellules de Clara. Or il faut plusieurs années de tabagisme pour en perdre 20 à 30%. De plus, ces enfants souffrent de deux fois plus d'asthme et de bronchites récurrentes. Cela s'explique, toujours selon le Professeur Alfred Bernard, dans la mesure où les poumons sont en plein développement jusqu'à l'âge de six ou sept ans. Or, l'exposition est maximisée lors des séances de bébés nageurs où ceux-ci sont carrément plongés dans l'eau. Dans les premiers mois, il y a un réflexe de fermeture des voies respiratoires qui fait que les poumons sont alors imprégnés par le chlore.

Petites annonces MyKidi
Concours
Test produits
Sondages et débats
"Maman d'un bébé surdoué !"
Découvrez les photos de la communauté Baby