Le cytomégalovirus, un virus dangereux pour les femmes enceintes

Le cytomégalovirus (C.M.V.) est un virus du groupe de l'herpès. Bénin chez l'adulte, il est en revanche dangereux pour une femme enceinte te son bébé.
Le cytomégalovirus, un virus dangereux pour les femmes enceintes

Qu'est-ce que le cytomégalovirus ou C.M.V. ?

Essentiellement transmissible par les urines et la salive des jeunes enfants, le cytomégalovirus n'est, en fait, dangereux qu'en cas de grossesse : si le fœtus en est atteint, des séquelles très graves en particulier sur le plan neurologique peuvent être causées.

Une prise de sang effectuée durant vos examens prénataux permettra de déterminer si vous êtes immunisée ou non contre le cytomégalovirus (C.M.V.). Si l'analyse révèle la présence d'anticorps, aucun problème : vous et votre fœtus serez protégés.

Par contre, si vous n'avez jamais contracté le C.M.V., des mesures de précaution s'imposent particulièrement si vous être fréquemment en contact avec des enfants. Vous pourrez d'ailleurs bénéficier d'une mesure d'écartement si vous travaillez dans une crèche, une école,...

De plus, vous devrez redoubler de vigilance au niveau de l'hygiène : savonnez-vous bien les mains après chaque contact avec un enfant, particulièrement si vous l'avez changé, mouché, si vous avez essuyé sa salive ou que vous l'avez aidé à aller aux toilettes.

Des prises de sangs pratiquées tout au long de votre grossesse permettront de dépister une éventuelle contamination au C.M.V.

Il n'existe actuellement pas de vaccin ni de traitement actif.

Comment l'attrape-t-on ?

Paradoxalement, les progrès en matières d'hygiène ont accru le risque d'exposition au virus pendant la grossesse. Autrefois, toutes les fillettes ou les adolescentes contractaient cette maladie sans s'en rendre compte. Il semble qu'actuellement, 50% des jeunes femmes ne soient pas immunisées.

Le C.M.V. étant présent dans la salive, les larmes, les sécrétions nasales et les urines des tout-petits, le risque d'être contaminé est plus important pour les mamans d'enfants de moins de trois ans vivant en collectivité (crèche, maternelle, gardienne,...). Le risque est également important pour toutes les jeunes femmes qui ont des contacts professionnels avec de petits enfants.

Votre compagnon doit également se protéger contre une éventuelle contamination car le virus est également présent dans le sperme. Le C.M.V. peut se transmettre lors d'un rapport sexuel.

Les règles d'or pour éviter une contamination

L'hygiène est votre carte maîtresse pour éviter une contamination. Les règles sont simples mais contraignantes:

  • Lavez-vous les mains après chaque contact avec les urines de votre ou vos enfants (couche, pot,...).
  • Evitez les bisous sur la bouche.
  • Désinfectez chaque jour le pot de votre enfant en mettant des gants.
  • Ne partagez pas vos affaires de toilette avec votre enfant.
  • Evitez le traditionnel «une cuillère pour maman, une cuillère pour bébé» et abstenez-vous de goûter ses biberons ou de sucer sa tétine.

En cas de contamination

Lorsqu'une première infection au cytomégalovirus survient pendant la grossesse, elle est sans danger pour la maman et les symptômes sont comparables à ceux d'une légère grippe.

C'est surtout pour le fœtus que cette infection est dangereuse et le risque de séquelles est plus élevé si la contamination a lieu les six premiers mois de la grossesse.

Le CMV provoque chez le fœtus des atteintes cérébrales, neuro-sensorielles (surdité, lésions oculaires, retard psychomoteur), intestinales ou un retard de croissance.

Il n'existe actuellement aucun vaccin ou traitement actif.

En cas de contamination, il faudra donc rechercher la présence du virus dans le liquide amniotique et évaluer les lésions par écographie. En cas de diagnostic sévère, une interruption médicale de grossesse doit être discutée.

Petites annonces MyKidi
Concours
Test produits
Sondages et débats
Comptez vous dévoiler le prénom du bébé avant sa naissance ?
Découvrez les photos de la communauté Baby