Une application pour protéger ses enfants du cyber harcèlement

Selon Child Focus, 40% des enfants mineurs ont déjà été victimes de cyber-harcèlement et 21% en ont été eux-mêmes les auteurs. Or seul 1 parent sur 10 est au courant de cette situation et la raison principale est qu’ils n’ont souvent aucun contrôle sur les activités de leurs enfants sur les réseaux sociaux.


Une application pour protéger ses enfants du cyber harcèlement

Dorénavant, il sera possible pour les parents de s’assurer que leurs enfants ne sont pas victimes de harcèlement via les Réseaux Sociaux. L’application Kids OK propose en effet aux parents une solution à ce problème et de les aider à protéger leurs petites têtes blondes.

Le fonctionnement de l’application est assez simple : une fois téléchargée sur leur smartphone ou leur tablette, les parents devront demander à leurs enfants les identifiants et mots de passe de leurs comptes Facebook et Instagram (l’application subira une mise à jour pour intégrer les autres réseaux sociaux). L’application analysera alors l’ensemble des commentaires et messages postés ou reçus pour déterminer si ceux-ci sont dangereux. Les parents recevront également des notifications reprenant directement les messages ou insultes adressées à leur enfant ou bien si ceux-ci sont les auteurs de cyber-harcèlement. Une fois les notifications reçues, ce sera aux parents de juger si ceux-ci sont inoffensifs ou si cela fera l’objet d’une discussion avec leur enfant. L’application propose également aux parents d’analyser le profil des personnes qui tentent d’entrer en contact avec leurs enfants afin d’évaluer si ceux-ci ne seraient pas malintentionnés.

Bonne ou mauvaise idée ?

Ce genre d’application bien souvent ne fait pas l’unanimité, notamment parce qu’elles ont des fonctionnalités qui s’apparentent à de l’espionnage et de l’intrusion dans la vie des enfants. L’objectif de Kids Ok, bien entendu, n’est pas d’espionner avec cette nouvelle application, mais de surveiller ce qui se dit et ce qui se fait sur les réseaux sociaux de ses enfants pour mieux les protéger. Les parents ont simplement un droit de regard sur les menaces jugées potentiellement dangereuses par l’application, et n’ont pas accès à l’intégralité des comptes de leurs enfants.

En effet,  les parents devraient parler des dangers présents sur les réseaux sociaux à leurs enfants et leur apprendre à être plus prudent sur ce qu’ils disent ou ce qu’ils font dessus. L’application est également là pour permettre aux parents de parler avec leur enfant et de les recadrer si ces derniers tiennent des propos insultants ou méchants envers d’autres enfants. Et pour les enfants victimes de harcèlement sur internet, l’objectif est de leur permettre de peut-être se confier plus facilement à leurs parents, sur ce qui les embêtent et qu’ils n’oseraient pas dire habituellement.

Ceci étant, l’application n’est, pour l’instant, disponible que sur l’Apple Store et uniquement pour une période d’essai de 10 jours (il est possible de souscrire un abonnement mensuel à partir de 4 euros par mois).

Photo : http://angelalert.ca/