Pour le pape François, certains avortements sont comparables au nazisme

Ce week-end, le pape François a quitté ses idées progressistes en faisant une déclaration des plus surprenantes. Pour lui, certains avortements, comme les IMG dans le cas d’anomalie chez le fœtus par exemple, sont à mettre en parallèle avec … Les pratiques nazies ! Babyfrance revient sur cette comparaison des plus attristantes. 


Pour le pape François, certains avortements sont comparables au nazisme

« J’ai entendu dire qu’il est à la mode, ou au moins habituel, de faire au cours des premiers mois de grossesse des examens pour voir si l’enfant ne va pas bien ou s’il naîtra avec quelque chose (ndlr : une anomalie), le premier choix étant de s’en débarrasser », a expliqué le Pape argentin ce week-end. « Au siècle dernier, tout le monde était scandalisé par ce que faisaient les nazis pour veiller à la pureté de la race. Aujourd’hui nous faisons la même chose en gants blancs » Ces paroles, exprimées face à des représentants d’associations familiales, font grand bruit sur internet.

Et pour cause, le pape François, que tout le monde considérait comme étant l’un des plus progressistes, insiste en fait sur l’idée que les interruptions médicales de grossesse (IMG) seraient en fait des avortements de confort. À l’heure où énormément de parents font face à un choix des plus douloureux – privilégier la vie et promettre à l’enfant une existence difficile voire douloureuse ? Ou ne pas le garder afin de lui éviter tant de souffrance ? – cette comparaison est des plus blessantes. Car que l’on soit pro-vie ou non, il y a une limite à respecter, celle de la douleur des parents, pour lesquels la décision d'avorter est rarement facile …

Et le pape a continué, en donnant cette fois un exemple concret : « Pourquoi ne voit-on plus de nains dans les rues ? Parce que le protocole de nombreux médecins dit : il va naître avec une anomalie, on s'en débarrasse ». Encore une fois, cette réflexion apparait comme incongrue, le problème étant très loin de pouvoir se résumer aussi facilement. « Pour avoir une vie tranquille, on élimine des innocents », a-t-il déclaré. Et sur Internet, les réponses fusent déjà : « Pour avoir la conscience tranquille, on condamne un innocent à vivre une vie douloureuse, donc ? ».

Un pas en arrière qui risque donc de surprendre pas mal de monde, pour un pape qui est apparemment moins tolérant qu’on ne le pensait … Et qui a surtout manqué d’énormément de délicatesse.