Le premier bébé né grâce à l'utérus d'une donneuse décédée

Le 15 décembre 2017, au Brésil naissait le premier bébé au monde conçu grâce un utérus prélevé post mortem, révèle le dernier tirage du magazine britannique The Lancet. C’est dans l’hôpital universitaire de Sao Paulo qu’a été réalisé cet exploit scientifique en 2016.


Le premier bébé né grâce à l'utérus d'une donneuse décédée

L’utérus provenait d’une femme de 45 ans, décédée subitement d’un accident vasculaire cérébral (AVC). Ses organes vitaux n’ont donc pas été endommagés, c’est pourquoi ils ont pu servir à nouveaux. En plus de son utérus, son cœur, son foie et ses reins ont également été prélevés.

La transplantation de l’utérus à la patiente a duré 10h30 et a été réalisé avec succès. L’expérience avait déjà été tenté plus d’une dizaine de fois dans le monde entier, mais cela n’avait malheureusement jamais abouti. C’est donc une première !

La femme qui a bénéficié de cet exploit médical, est une jeune brésilienne de 32 ans. Son corps a très bien accepté la greffe, et elle a même eu des règles régulières au bout de 5 mois, contrairement à ce que pensaient les équipes médicales, qui s’attendaient à les voir apparaître au bout d'un an. 

Comme c’est le cas ici, le recours à des donneurs décédés pourrait considérablement élargir l’accès à la grossesse pour les femmes connaissant d’importants problèmes obstétricaux. Cette avancée médicale ouvre une nouvelle voie aux femmes victimes d’infertilité. Cela permettrait aux femmes dans l’impossibilité de concevoir un bébé, de porter leur propre enfant plutôt que de dépendre de donneurs vivants, de recourir à l’adoption ou même à une mère porteuse.