Le Sénat vote la PMA pour toutes les femmes mais pas le remboursement

Le Sénat a voté mercredi soir pour l'ouverture de la PMA. Cette mesure représentative du projet de loi sur la bioéthique concerne toutes les femmes. Cependant, un remboursement n'est possible que sous certaines conditions.


PMA

Qu'est-ce que la PMA ?

Qu'entend-t-on exactement par la PMA ? Autrement appelée, Procréation Médicalement Assistée, il s'agit d'une combinaison d'activités cliniques et biologiques. En d'autres termes, cela inclut la médecine dans la procréation.

De surcroît, elle comprend tout un lot de techniques médicales. On y retrouve la fécondation invitro, l'insémination artificielle, la donation d'ovocytes, etc. C'est une pratique particulièrement utile pour les personnes ayant des difficultés à tomber enceinte. Si un problème d'infertilité provenant de la femme ou de l'homme a lieu, la PMA aidera les parents à concevoir un bébé.

Le vote du Sénat

Comme évoqué en préambule, le Sénat a décidé d'adopter la PMA, branche du projet de loi bioéthique. Parmi les 321 électeurs, 276 d'entre eux ont donné leur voix.

Petit rappel des faits, la majorité au Sénat est issue du parti politique Les Républicains (LR). Ils forment à eux seuls un groupe de 144 électeurs au sein du conseil. Cette proposition a créé néanmoins une division à droite puisque 87 électeurs s'y sont opposés. Alors que 22 d'entre eux y ont adhérée et 35 se sont abstenus.

Quant au groupe parlementaire socialiste et républicain (SOCR), il a été très largement favorable. En effet, 66 sénateurs ont plébiscité le projet de loi contre 2 votes défavorables et 3 abstinences.

Pour terminer, le groupe affilié au président de la République française, Emmanuel Macron, a également pris part à cette proposition. Sur les 24 électeurs de la République en marche (LREM), 5 l'ont étonnement refusée.

Les mesures phares de la PMA

Tout d'abord, cela concerne TOUTES les femmes, qu'elles soient hétérosexuelles ou homosexuelles, qu'elle vivent seules ou en couple.

Si elles ont toutes droit à un recours aux techniques de la PMA, le remboursement s'avère plus complexe.

Ainsi, pour se faire rembourser par la Sécurité sociale, le caractère médical sera déterminant. Autrement dit, seuls les couples hétérosexuels ayant des problèmes d'infertilités auront droit au remboursement.

Il s'agit par conséquent d'une décision favorable mais "nuancée" qui suscite déjà des remous dans les réseaux sociaux et aux comptoirs des bistrots... Qu'en dîtes vous ?