Le déroulement d’un accouchement lorsque l’on est atteinte du coronavirus

A ce jour, la population oscille entre espoir et vigilance. La courbe des malades déclarés semble fléchir, et les hôpitaux connaissent une légère baisse de fréquentation. Mais cette fréquentation encore importante provoque de d’anxiété chez les femmes qui s’apprêtent à accoucher. Nous faisons le point sur l’accouchement en période de pandémie.


Accouchement coronavirus

L’exemple d’une jeune maman espagnole

Vanesa Muro, une jeune espagnole de 34 ans, a contracté le Covid-19 pendant sa grossesse. Elle a dû accoucher en urgence. L’accouchement s'est déroulé par césarienne. Vanesa a été contrainte d’accoucher seule, sans son compagnon. Le bébé est né en bonne santé, mais il a dû être placé en quarantaine et ce 10 jours durant.

Les parents sont tous deux positifs au coronavirus. En conséquence de quoi, ils n’ont pu rendre visite à leur bébé pendant tout ce temps. Ce n’est que ce samedi qu’ils ont pu l'approcher, munis de gants et de masques. La mère explique que cette situation est dure à vivre, qu’elle aimerait sentir la peau de son bébé contre elle. Le bébé a été placé en quarantaine, sous couveuse, à l’écart des autres bébés. Ils ne pourront sortir que lorsque les tests se révéleront négatifs.

Les contraintes de l’accouchement lorsqu'on est positif au coronavirus

A priori, il y a peu de chance de contamination pour le bébé, avant et après la naissance.

L’accouchement ne peut avoir lieu que dans le confinement. L'autre parent ne peut être présent, même s’il est négatif au coronavirus.

48 heures après l’accouchement, la mère pourra rentrer chez elle. Tous les soins dont elle aura besoin s’effectueront à son domicile, aidée par des sages-femmes.

Concernant l’allaitement, il n’y a pas de contre-indication. Cependant, il faut veiller à bien respecter les mesures de protection :

  • mettre un masque pendant l'allaitement,
  • se laver les mains avant de toucher le nourrisson, le tire lait ou un biberon.