Confinement : une hausse inquiétante sur les violences intrafamiliales !

Le confinement a pour but d'éviter la propagation du virus. Mais les appels signalant des violences physiques et psychologiques ont augmenté...


violences

La stratégie du confinement est un bon moyen aux individus de renforcer l’unité au sein des familles. Mais la cohabitation est un facteur important de violences dans certains foyers, et peuvent engendrer des situations dramatiques.

Des violences intrafamiliales inquiétantes

Depuis le début du confinement, les interventions à domicile des forces de l’ordre ont augmenté de 48 %, a précisé le ministre de l’Intérieur. En outre, de nombreuses associations reçoivent des appels de femmes victimes de violences au sein de leur couple, des mineurs victimes ainsi que des voisins inquiets de potentielle violence dans leur voisinage.

Les appels concernant les enfants maltraités ont fait un bond de 80 % par rapport à une période non confinée. Malheureusement, il existe un grand nombre de « violences silencieuses ». Particulièrement, les violences commises aux plus jeunes qui n’ont pas accès au moyen de communication extérieure (téléphone, Internet). Suite à l’élocution du premier ministre, le mardi 28 avril, un potentiel déconfinement va être déployé le 11 mai qui comprend également l’ouverture des classes de maternelle et de primaire. Nous pourrons constater, à cet instant, les violences passées à la trappe pendant le confinement qui alerteront les enseignants.

Les aides aux victimes

Après la constatation de cette hausse, le gouvernement a mis en place plusieurs mesures pour venir en aide aux victimes.

Pour une intervention policière en urgence: contactez le 17 ou le 114 pour les personnes sourdes et malentendantes. Si vous ne pouvez pas passer d’appel, l’envoi d’un SMS au 114 et un signalement en ligne sur appel.urgence114.fr est possible. Les opérateurs de ces plateformes alerteront les forces de l’ordre en communiquant vos coordonnées.

Pour ce qui concerne les violences commises sur les enfants et adolescents : vous pouvez joindre la ligne téléphonique « Allo enfance en danger » en contactant le 119 ou la plateforme en ligne allo119.gouv.fr.

Enfin, au sujet des femmes victimes de violences, signalez-le en ligne sur arrêtonslesviolences.gouv.fr, disponible 24h/24 et 7j/7. Le 26 mars, la police nationale a mis en place un tchat pour demander conseil et signaler votre situation.S’il n’est pas possible pour vous de contacter la police, n'hésitez pas à solliciter l’aide de votre pharmacien. Il prendra votre identité et contactera les forces de l’ordre si besoin. Si la cohabitation avec votre conjoint n’est plus envisageable, vous pouvez contacter le 115. Vous serez logée en urgence.