Allaiter, oui, mais pas longtemps

7 messages • créateur : VALERIEM47524

VALERIEM47524
Active

(42 ans, DROCOURT • 148 messages)

Au début de ma grossesse, la question de l'allaitement s'est posée. Au départ, je n'étais pas trop pour. Sans savoir pourquoi, à vrai dire. J'en ai parlé autour de moi et il y avait des pour et des contre. J'ai lu des bouquins et tellement beaucoup de bonnes choses sur l'allaitement. J'ai donc décidé de le faire, mais je savais que je ne le ferais pas longtemps. J'ai eu une césarienne, donc pas de lait tout de suite, seulement 4 jours après. Mon bébé a dû aller en néonat 3 jours et tant mieux pour lui. Après l'avoir mis au sein, on lui faisait une glycémie. Si elle était mauvaise, on lui donnait un petit complément, chose qu'on ne fait que dans les cas très très extrêmes en maternité (du moins à l'hôpital ôù j'étais). Mais pour ne pas l'habituer à la tétine, je mettais un doigt dans sa bouche, il avait le réflexe de têter mon doigt et de l'autre main, je lui donner le lait à la seringue. Bonne idée, n'est-ce pas! On ne s'imagine pas avec quelle force un bébé si petit peut têter! Quand j'ai eu ma montée de lait, il n'y a plus eu de problème. Seulement, c'est assez contraignant (je ne suis pas du genre à déballer ma poitrine en public) et très fatigant. La nuit, il lui fallait 1 heure-1 heure 1/2 pour têter, le temps que je me rendorme, il pleurait de nouveau! Mais bon, au début, j'ai trouvé le fait d'allaiter assez chouette. Au bout de trois semaines, j'ai commencé à tirer mon lait. Le papa pouvait de cette manière donner le biberon et je pouvais être plus mobile. J'ai inséré 2 biberons, puis 4 et puis 6 petit à petit. Il n'y a eu aucun problème de sevrage. Je l'ai bien sûr sevré suivant les conseils du pédiatre. Quelle sensation de liberté quand j'ai arrêté d'allaiter... A la fin, je pleurais tellement j'étais fatiguée! Je me stressais et je stressais le bébé aussi. Je pense qu'il faut agir selon ses convictions et pas selon celles des autres. Il vaut mieux donner un biberon détendue que d'allaiter stressée! De toute façon, l'amour que l'on donne à son bébé vaut mieux que tout... Ma soeur n'a pas allaité son fils et ce n'est pas pour ça qu'il a été plus malade qu'un autre (il a aujourd'hui 14 ans!). De toute façon, les autres seront toujours là pour dire "fais ça" ou "ne fais pas ça", mais au bout du compte, on se retrouve seule. Alors, faites le bon choix!
EMILIEB28087
Active

(33 ans, OISSEL • 75 messages)

Je suis daccord avec toi. Ma petite fille a aujourd'hui 2 mois et je commence à trouver l'allaitement difficile car très fatiguant. J'adore ces moments d'intimité mais je voudrais retrouverun peu mon autonomie. Mais au moment où l'on a commencé à intégrer les biberons de lait mon bébé a développé une allergie au protéine de lait de vache. C'est donc pour lui que je continue cette aventure car les laits de substitutions n'ont vraiement pas bon gout et il a du mal à s'y habituer.
VALERIEM47524
Active

(42 ans, DROCOURT • 148 messages)

Salut Emilie, Es-tu au courant qu'il existe des autres laits que le lait de vache? Au soja, par exemple. En as-tu parlé à ton pédiatre ou à ton pharmacien? Si tu veux un peu plus d'autonomie, tu peux tirer ton lait et demander au papa de donner le biberon à ton bébé. La fois où tu donnes du lait que tu as tiré, tu en profites et tu le tires pour la prochaine fois. Ca te fera énormément de bien de pouvoir avoir un peu plus de liberté! Pour ma part, j'ai utilisé un tire-lait manuel de marque Avent et j'en ai été enchantée. Bon courage!
MARILYNS62871
Active

(37 ans, TUBIZE • 54 messages)

Bonjour, Valé, bonjour Emilie, je suis en attente d'accoucher, d'ici 2 à 3 semaines. Le fait est que j'ai moi aussi choisi d'allaiter, mais je ne compte pas le faire trop longtemps non plus. J'étais pleine de conviction dans cette optique, mais ma belle soeur à eu les mêmes soucis, sont petit garçon tétait toutes les heures du jour et de la nuit et ne grossissait pas. Cela m'a échaudé, mais finalement, je me suis dit qu'il vallait mieux commencer et arrêter si cela n'allait pas, que de regretter par la suite. De plus j'ai demandé l'avis du papa et il n'est pas contre du tout, au contraire. On verra bien, comment cela se passe. Un point sur lequel je suis également d'accord, c'est que les gens parlent beaucoup, mais nous sommes les seule à savoir ce qui est bon pour nous et notre bébé, même si nous avons toujours des doutes, les conseils, on peut les utiliser, mais il faut aussi les adaptés à son propre cas. Je vous souhaite plein de bonheur à toutes les deux.
NATHALIER87795
Débutante

(45 ans, WOLUWE ST PIERRE • 19 messages)

Alexis a 3 mois et demi, je souhaite l'allaiter jusqu'à ses 4 mois puis le sevrer en douceur car malgré toute ma bonne volonté, la fatigue est là ! Alexis a une grande soeur de 2 ans qui demande aussi de l'attention, et personnellement, j'ai du mal à tenir longtemps en place : j'ai repris mes activités sportives (natation et déplacements quotidiens à pied) 3 semaines après l'accouchement... Alexis est plutôt gourmand, et avec les grosses chaleurs actuelles, il tète très fréquemment et se réveille toutes les 2 heures la nuit en ce moment. Bref, je n'ai plus l'occasion de tirer du lait puisque Bébé le puise directement à la source et je commence sérieusement à fatiguer. Mais comme je viens d'achever mes 10 séances de rééducation péri-abominale, cela me libère 2 matinées par semaine dont je vais profiter pour me reposer davantage. Peut-être pourrais-je alors prolonger l'allaitement... J'aimerais bien continuer, mais y a-t-il des mamans sportives qui réussissent à bien concilier allaitement et activités physiques ? Si oui, merci pour leurs trucs ! Parfois, j'envie mes amies qui allaitent longtemps sans problèmes, mais c'est vrai qu'elles sont moins actives. Conclusion, la fatigue joue un rôle déterminant dans la qualité de l'allaitement.
delphine
delphine
bonjour, je suis maman d'un petit garçon d'1 mois. A sa naissance, j'ai choisi de l'allaiter. Aujourd'hui, je suis décue de mon allaitement, ne trouvant de satisfaction ni pour moi ni pour mon bébé. Ce dernier demandait trop souvent, tétait longtemps me laissant donc peu de répis. Vu la fréquence des tétées impossible de le tirer souvent. J'ai alors introduit rapidement des biberons de complément, de plus en plus souvent. Je pensais que j'aurais pu avoir un meilleur contact avec mon enfant mais avec l'expérience de l'allaitement, j'ai compris que le plus important est de sentir bien et alors le contact est tout aussi important. J'avais des scrupules de ne pouvoir l'allaiter correctement mais j'ai vite oublié en voyant mon petit bout pousser.
VALERIEM47524
Active

(42 ans, DROCOURT • 148 messages)

Salut Delphine et toutes les autres mamans ou futures mamans, C'est dingue comme on peut faire culpabiliser les femmes qui décident de ne pas allaiter (ou pas longtemps) leur bébé! De quoi les autres se mèlent-ils??? Je suis d'accord que nous pouvons recevoir des conseils, mais on fait quand même ce que l'on veut, non? Le plus important, c'est quand même l'amour, l'attention et l'affection que l'on donne à son petit bout d'amour, il me semble! Mon petit garçon a maintenant presque 8 mois et je peux vous dire qu'il "pète" la forme! Je vous embrasse bien fort et vos petits aussi. Valé (c'est moi qui avait laissé le premier message).

Envie de répondre ? Il suffit juste de se connecter ou de s'enregister.

Sondages et débats
Enceinte vous vous trouvez....
Découvrez les photos de la communauté Baby