Les problèmes de fertilité seraient transmis de père en fils lors de la fécondation in vitro

Des chercheurs viennent de découvrir que les fils nés de cette procédure présentent eux-aussi les mêmes caractéristiques d'une fertilité faible.


Les problèmes de fertilité seraient transmis de père en fils lors de la fécondation in vitro

Les couples qui rencontrent des problèmes pour concevoir un enfant peuvent avoir recours à une fécondation in vitro (FIV), et plus particulièrement via une injection intracytoplasmique de spermatozoïdes en cas de stérilité masculine(ICSI). Cette technique consiste à choisir un spermatozoïde et à l'injecter dans l'ovocyte, à un endroit précis, au moyen d'une microinjection pour induire la fécondation.

Cette procédure est destinée aux hommes qui ont très peu de spermatozoïdes viables et le premier bébé né de cette façon remonte à l'année 1992. Une étude menée par des chercheurs de l'université d'Oxford sur des hommes plus âgés conçus par ICSI dans le monde entier vient pour la première fois confirmer ces doutes.

Une moins bonne quantité et qualité du sperme

L'étude a été réalisée à Bruxelles entre 2013 et 2016. Sur un total de 215 hommes nés via une injection intracytoplasmique de spermatozoïdes, 54 ont accepté d'y participer. Ces derniers ont été jumelés avec un groupe d'hommes du même âge qui ont été conçus naturellement.Ces recherches ont révélé que ces garçons possèdent un sperme avec des facultés affaiblies

On leur a demandé de fournir un échantillon de sperme, un échantillon de sang et des tests génétiques ont aussi été effectués dans le but de connaître leur concentration de sperme. Après un ajustement des facteurs de risque (âge, poids, période d'abstinence), les conclusions ont montré que les hommes "ICSI" présentaient une concentration de sperme deux fois moins importante