Endométriose et infertilité

Aujourd’hui, et jusqu’au 13 mars prochain, nous sommes en plein dans la semaine européenne de prévention et d’information sur l’endométriose. Explications de  cette maladie qui, parfois,entraine l'infertilité. 


Endométriose et infertilité

L’endométriose, c’est quoi exactement ?

La muqueuse tapissant l’utérus s’appelle l’endomètre. Avec les œstrogènes, l’endomètre s’épaissit afin de préparer l’utérus pour une éventuelle grossesse. Mais si la fécondation n’a pas lieu, l’endomètre se rompt, provocant alors des pertes de sang. Les règles apparaissent et c’est grâce à elles, que l’endomètre est évacué.

Lorsqu’une femme souffre d’endométriose, l’endomètre va se déplacer via les trompes, pour aller hors de l’utérus. Ce tissu va s’accrocher à certaines parties de la cavité abdominale, comme par exemples : le col de l’utérus, les trompes de Fallope, les ovaires, le vagin, les ligaments soutenant l’utérus ainsi que la surface extérieur de l’utérus.  Parfois, le tissu peut migrer dans des organes non génitaux. Ce qui va provoquer des lésions, des kystes ou des nodules qui vont saigner abandonnement au moment des règles.

Les conséquences de cette maladie vont être : des règles très abondantes, de très fortes douleurs au niveau du bas ventre, douleurs lors des rapports sexuels, des épisodes de fatigue chronique et elle peut entrainer l’infertilité de la femme. Mais ce n’est pas systématique.

Cette maladie n’est pas à prendre à la légère puisqu’elle touche environ 1 femme sur 10.

Quels risques sur la fertilité ?

L’endométriose complique pas mal les choses lorsqu’une femme désire avoir un enfant. En effet, cette maladie peut entrainer l’infertilité. Un grand nombre de femmes souffrant d’endométriose éprouve des difficultés à tomber enceinte.

D’abord, parce que les relations sexuelles sont souvent douloureuses et les couples font donc presque plus l’amour. Ensuite, « le tissu utérin déplacé peut perturber la nidation de l'ovule fécondé ou empêcher la fécondation de se faire en raison de la présence d'un kyste. La présence d'adhérences peut empêcher la libération de l'ovule ou en entraver son passage vers l'utérus ».

Toutefois, sachez que chaque femme est différente et que tout dépend du degré de sévérité de son endométriose. Vous pouvez en être atteinte sans être cependant infertile !

Y a-t-il des solutions ?

Comme dit précédemment, chaque femme est unique. Selon votre cas, des solutions seront plus adaptées que d’autres. Vous devez absolument parler avec votre médecin de ce que vous désirez : réduire les douleurs ? Eliminer définitivement l’endométriose ? Traiter l’infertilité ? Diminuer la probabilité de récidive ? C’est à partir de vos réponses que le docteur vous proposera un traitement adéquat.

Pour savoir si vous souffrez de cette maladie, n’hésitez pas à consulter un gynécologue afin de lui parler de vos règles. En effet, si celles-ci sont toujours douloureuses et que vous perdez beaucoup de sang, il peut s’agir d’endométriose. 

Photo : http://www.maxi-mag.fr/