Stérilité : les examens médicaux

Spermogramme, examen de la glaire cervicale, analyse de sang, biopsie de l'endomètre... faites le point sur les examens médicaux de la stérilité.


Stérilité : les examens médicaux

Bien que les deux partenaires puissent être stériles, les médecins commencent généralement à rechercher la cause de la stérilité chez l'homme car les examens médicaux nécessaires sont plus simples à réaliser.

Chez l'homme

L'homme vit généralement mal sa stérilité. Un sentiment de honte et de culpabilité s'empare de lui et l'empêche de se faire examiner. Ce sentiment est d'autant plus présent que dans notre société, il règne une grande confusion entre virilité, stérilité et performance sexuelle. Sachez messieurs, qu'il n'existe aucun rapport entre ces notions. Certains hommes stériles peuvent être d'excellents amants, parfois bien meilleurs que certains hommes fertiles.

  • La première étape dans l'exploration de la stérilité chez l'homme consiste en un examen physique général et en un long entretien concernant les antécédents médicaux, les maladies ou infirmités, les traitements médicamenteux ainsi que les habitudes sexuelles.
  • Le médecin demande généralement un

    spermogramme:

    un échantillon de sperme obtenu par masturbation. Cet échantillon sera envoyé au laboratoire pour analyser le sperme (quantité, couleur, infection,...) et les spermatozoïdes (nombre, forme, mobilité). Les spermatozoïdes sains et mobiles doivent pouvoir se déplacer en ligne droite.
  • Un prélèvement de la glaire cervicale chez la femme après un rapport sexuel en période pré-ovulatoire permet d'observer le comportement et la survie des spermatozoïdes dans la glaire cervicale (test post-coïtal).

Le spermogramme et le test post-coïtal sont des examens médicaux complémentaires mais en aucune façon interchangeables. En effet, on peut avoir un sperme excellent qui évolue très mal dans la glaire cervicale ou inversement.

  • La prise de sang permet d'effectuer un dosage hormonal.

En cas d'anomalie,un examen médical complémentaire sera demandé :

  • Biopsie testiculaire

  • Radiographie du canal déférent
  • Etude de la vascularisation du testicule par examen en doppler.

Chez la femme

Même si, on l'a vu, les examens médicaux relatifs à la stérilité sont plus simples à réaliser chez l'homme, dans un couple, c'est généralement la femme qui consulte la première.

En effet, la stérilité féminine s'accompagne souvent de symptômes, de sorte qu'elle consultera son médecin avec l'intime conviction que son organisme ne fonctionne pas comme il le devrait.

La première phase des examens médicaux féminins liés à la stérilité consiste en un long entretien préliminaire. Le médecin vous demandera quels sont vos antécédents médicaux, familiaux, les maladies et vos habitudes sexuelles. Vous retracerez ensemble votre histoire gynécologique qui a commencé avec la date de vos premières règles. Ensuite, un examen physique général comprenant, bien sûr, un examen gynécologique sera réalisé.

Dans une seconde phase, des examens médicaux spécifiques sont pratiqués:

  • une analyse de sang

    est demandée pour une analyse hormonal et/ou pour rechercher une infection.
  • le médecin cherchera à déterminer si votre ovulation est normale, le plus souvent au moyen de

    la courbe de température

    que vous tracerez chez vous.
  • l'hormone lutéinisante peut être surveillée chez vous par les tests urinaires dits

    tests d'ovulation

    . L'hormone LH est une des hormones qui préparent les ovaires à l'ovulation. Vous pourrez ainsi connaître votre période de fécondité optimale.
  • un examen de la glaire cervicale

    permet d'observer le comportement et la survie des spermatozoïdes dans la glaire cervicale. Ce test doit être effectué après un rapport sexuel (test post-coïtal) en période pré-ovulatoire.
  • une biopsie de l'endomètre

    consiste à prélever un minuscule fragment de la muqueuse utérine, appelée endomètre, quelques jours avant les règles. Cela permet d'évaluer si l'ovulation a eu lieu et si la muqueuse utérine est bien préparée hormonalement.

Dans une troisième phase, des examens médicaux complémentaires, plus poussés sont parfois pratiqués, notamment si aucune des causes de la stérilité n'a encore pu être décelée :

  • l'échographie

    permet de détecter un kyste de l'ovaire ou un fibrome et de vérifier le processus de l'ovulation.
  • l'hystérosalpingographie

    est une radiographie de l'utérus et des trompes qui permet de rechercher une cause mécanique à la stérilité. Un liquide colorant opaque aux rayons X est injecté par voie génitale. Il est visualisé sous forme d'une tâche blanche. Sa progression est ainsi facile à suivre. Une obstruction ou une autre anomalie peut ainsi être décelée. Cet examen radiologique doit se faire la semaine suivant les règles.
  • l'hystéroscopie est un procédé qui permet d'examiner visuellement l'intérieur de l'utérus et du col et de diagnostiquer ainsi des irrégularités de la muqueuse.
  • l'endoscopie

    est pratiquée sous anesthésie générale et permet d'examiner les trompes, les ovaires et l'utérus à l'aide d'un endoscope. Une petite incision sous le nombril est nécessaire. Le médecin décèlera une endométriose, un fibrome ou une éventuelle irrégularité de la muqueuse utérine ou tubaire. Il vérifiera également la perméabilité des trompes en injectant un liquide teinté dans l'utérus et en suivant sa progression. Cet examen permet de repérer une obstruction ou une anomalie pouvant être visualisée sur un écran et qui pourra être corrigée ultérieurement.