Avoir un enfant toute seule

Que ce soit voulu ou subit, vivre sa maternité seule n'est pas chose aisée. Voici donc quelques conseils pour que celle-ci se passe au mieux ! 

 


Avoir un enfant toute seule

Un phénomène de moins en moins rare

Avoir un enfant toute seule n'est pas une mince affaire, surtout quand on entend partout que la place d'un père dans la vie d'un enfant est très importante et qu'un enfant ça doit se faire à deux. Faire le choix d'avoir un enfant toute seule n'est donc vraiment pas une décision à prendre à la légère et encore moins sur un coup de tête. 

Si beaucoup désapprouve ce genre d'initiative, il faut bien se rendre compte qu'aujourd'hui être une mère célibataire n'est plus un fait aussi rare, certaines femmes même ne le sont pas par choix. Etre une mère célibataire est d'autant plus difficile que dans la société actuelle, les femmes qui entament une grossesse sont souvent jugées sévèrement. 

Comment s'y prendre? 

Au préalable, prenez le temps de bien vous informer pour savoir comment procéder. Il est possible de faire appel à une banque de sperme. Mais pouvoir accéder à celle-ci dépend des réglementations de chaque pays. En France, la procréation assistée par exemple est très règlementée, rendant très difficile l'accès à cette pratique aux femmes célibataires en bonne santé, puisque celle-ci est généralement réservée au personnes ayant une impossibilité de procréer ou un risque de transmettre une maladie grave à l'enfant. Il faudra donc passer des examens médicaux avant d'avoir le droit d'avoir un enfant par une méthode de PMA. En revanche, en Belgique ou au Canada, les choses sont plus simple pour les mères célibataires.

Il existe des cliniques spécialisées, mais certaines futures mères célébataires font aussi appel à des amis très proches et dignes de confiance acceptant de leur faire un enfant. Celles-ci peuvent donc concevoir leur enfant de manière naturelle. Cette option est d'autant plus délicate que le père biologique peut décider de s'impliquer à un moment ou un autre dans la vie de l'enfant. Aussi il sera prudent de remplir des papiers légaux par ailleurs. 

D'autres en revanche préfèrent adopter leur futur enfant. 

Au niveau des aides pour les mères célibataires, avant juin 2009, les mères célibataires bénéficiaient de l'Allocation pour Parent Isolé (API) ainsi que l'Aide Pour le Logement (APL) pour celles dont les revenus étaient les plus bas. Aujourd'hui, toutes ces allocations sont comprises dans le RSA qu'il faut demander à la Caisse d'Allocations Familiales (CAF).

Petits Conseils 

L'essentiel lorsque l'on fait le choix d'être mère célibataire est de suivre ses enviesd'être certaine de ce que l'on souhaite pour soi et pour son futur enfant. Parce que très vite il sera en âge de poser des questions. Il sera alors important de lui dire à quel point il a été désiré, qu'il vous a et que c'est important parce que vous faites partie de ses racines. 

Enfin, cherchez pendant votre grossesse, avant la venue de bébé, les raisons inconscientes qui vous ont poussée à faire cet enfant toute seule. Découvrir ces motivations inconscientes et en faire le deuil permettra de résoudre beaucoup de choses.

Les conséquences possibles

Celles qui se lancent dans cette aventure sont aussi prêtes à faire beaucoup de sacrifices et à faire face à leurs proches.

De plus, pour mener la maternité toute seule, il faut avoir conscience qu'il faudra faire face à beaucoup de situations difficiles : prendre des décisions qui normalement se prennent à deux, être à la fois le père et la mère pour cet enfant, penser aux réponses qu'il faudra donner à ses questions quand il sera en âge de les poser, et s'y préparer.  Mais c'est aussi se lever seule la nuit, emmener bébé partout, prendre tous les congés de maladie, trouver le service de garde, et prendre toutes les décisions. Etre mère monoparentale est possible mais il faut savoir que c'est un mandat. 

Etre mère monoparentale c’est également se préparer à avoir droit aux sermons venant de ces proches. Il faut donc savoir se préparer à entendre des questions plus ou moins délicates, à entendre parler du père absent et du fait que son enfant voudra peut-être un jour le voir.

Ne pas faire face totalement seule

Dans votre vie comme dans celle de toutes les futures mamans, il y a toujours des hauts et des bas. Et pour vous, des angoisses peuvent parfois se transformer en légère voire profonde dépression. Aussi ne faites pas face à votre maternité totalement seule : parlez-en avec votre médecin, la sage-femme qui suit votre grossesse ou un psychologue, car vous avez besoin d'une oreille attentive et de soutien. N'hésitez pas aussi à vous appuyer sur votre entourage si ce dernier est présent à vos côtés, que ce soit vos amis ou votre mère. Il faut pouvoir compter sur des proches en cas d'urgence et être bien entourée.

A certains moments, vous culpabiliserez de ne pas donner de père à votre enfant. Un enfant a besoin d'une image paternelle pour se construire et développer sa personnalité. Si vous aimez votre enfant, mettez de côté vos sentiments d'amertume et de frustration et transmettez-lui une image positive du père. Si c'est possible, dites-lui un jour, qu'au moment où il a été conçu, son père et vous étiez très amoureux.

Faites attention à ne pas surprotéger votre enfant. Vous serez seule pour gérer cette relation et évitez qu'elle devienne trop étouffante. Il faut élever son enfant pour lui et non pour soi.

Photo : http://www.growingyourbaby.com/