Courir pendant sa grossesse, possible?

Soyons clairs, le sport n’est évidemment la priorité des femmes enceintes. Cependant, pour certaines sportives, mettre de côté leurs activités physiques est une véritable désolation. Mais courir est-elle vraiment une activité à bannir lors de ses premiers mois de grossesse ? Une récente étude nous rassure.


Courir pendant sa grossesse, possible?

Une récente étude anglaise, menée auprès de 1 293 femmes enceintes, va à l’encontre du mythe selon lequel la course à pied serait à proscrire pendant une grossesse. Et évidemment, cela relance le débat. Dans ses résultats, cette étude présente l’idée que, même s’il est évident que des précautions sont de mises, il n’y a pas de lien causal entre le jogging et les accouchements prématurés ou le poids de l’enfant à la naissance. La seule piste que les auteurs donnent quant à la suite concerne les accouchements assistés, et des recherches qu’il faudrait sur leur éventuel lien avec l’état sportif des mamans.

En conclusion, et comme l’explique le professeur Andrew Shennan, qui a dirigé l’étude : « Les femmes peuvent continuer à faire de l’exercice pendant la grossesse, et cela est même encouragé pour elle comme pour son bébé. » Le plus désolant étant que cette même étude annonce qu’un tiers des femmes enceintes ne sont pas conscientes qu’elles peuvent courir sans risque.

Les femmes enceintes peuvent donc être rassurées, elles peuvent continuer de courir – évidemment, modérément et avec un suivi médical – pendant leur grossesse sans pour autant provoquer un accouchement prématuré ou un bébé au poids de naissance trop bas.

Mais cela ne s’arrête pas là. Chez la femme enceinte, le sport pendant la grossesse a plusieurs avantages : réduire la fatigue, les maux de dos, le sentiment de stress ou de malêtre. On peut même parler, pour certaines, du fait que rester sportive permet à la future maman de rester « elle-même », une femme qui est active et qui ne se réduit pas simplement à être « une femme enceinte ».Car si la plupart des femmes vivent très bien ce statut, d’autres préféreront garder ce qu’elles peuvent d’indépendance.

Si vous voulez maintenir votre activité, voici quand même quelques conseils :

  • Courir oui, mais attention : il ne faut pas se surestimer. Que vous soyez débutante ou expérimentée, veillez à limiter votre vitesse, votre durée et votre fréquence de course.
  • Écoutez-vous ! N’oubliez pas que le but est de maintenir votre niveau et vous aérer un peu, pas tout d’un coup courir un marathon.
  • Si vous ne le sentez pas, si vous êtes fatiguée, ou bien si vous n’en avez pas envie, ne vous obstinez pas !
  • N’oubliez pas que votre apport en en nourriture doit du coup être conséquent à votre état et à votre activité physique
  • Parlez-en à votre médecin ! Comme d’habitude, un suivi médical est plus que recommandé
  • Une fois votre premier trimestre terminé, et encore plus à l’entrée du troisième, les précautions doivent être accrues : il faut privilégier des activités moins traumatisantes pour le corps, réduire les efforts, etc.