Les fausses-couches à répétition : quand faut-il s'inquiéter ?

Les fausses-couches à répétition doivent alerter une future maman : quelles en sont les causes ? Quels sont les traitements proposés ?


fausses-couches

Une fausse-couche isolée affecte environ 20% des grossesses. Psychologiquement, elle est très douloureuse. Elle correspond à l'interruption naturelle de la grossesse avant la 22e semaine, mais n'empêche pas la femme de donner naissance à un bébé à l'avenir. Toutefois il ne faut pas confondre avec les fausses-couches à répétition.

A la suite de plusieurs fausses-couches, un bilan complet est proposé à la femme, et dans certains cas au conjoint également. Ce bilan a pour but de déterminer les causes de cette pathologie.

Les causes d'une fausse-couche à répétition

Plusieurs facteurs sont à l'origine des fausses-couches :

  • Les maladies chroniques (diabète, hypertension artérielle sévère) ;
  • Un dérèglement hormonal ;
  • Une cause immunologique, le rejet de l'œuf par l'organisme maternel ;
  • L’âge (surtout après 35 ans) ;
  • Les stimulations ovariennes (traitement contre l'infertilité) ;
  • Une cause génétique ;
  • La qualité du sperme peut être responsable de fausses-couches à répétition.

Grâce à l'échographie, on peut détecter les malformations utérines ou les pathologies de la paroi utérine. Il existe plusieurs malformations telles que :

  • Un utérus cloisonné (séparé par une cloison), bicorne (ayant deux cavités) ou synéchies (cicatrices de la paroi utérine) ;
  • Fibromes sous-muqueux ;
  • Endométriose (prolifération de tissus utérins en dehors de l'utérus) ;
  • Un utérus trop petit ou en forme de T ou Y à cause du Distilbène ;
  • Une béance du col.

Les traitements contre les fausses-couches

  • Une intervention chirurgicale peut parfois résoudre ces malformations et permet la nidation de l'embryon ainsi que son développement.
  • En cas de béance du col, un simple cerclage faisant office de verrou permet à l'embryon de se développer.
  • Les femmes souffrant de maladies chroniques seront mises sous surveillance avant la fécondation et pendant la grossesse. Informez votre gynécologue dès votre désir d'avoir un enfant afin qu'il puisse faire les examens et les traitements adéquats avant votre grossesse.
  • Un traitement à base d'hormones spécifique permet à la majorité des femmes concernées de devenir mère.
  • Un caryotype (une représentation des chromosomes) peut mettre en évidence une anomalie chromosomique prédisposant à la mort embryonnaire. Il peut s'agir d'une véritable maladie abortive lorsque l'organisme maternel rejette l'embryon comme un corps étranger. En effet, la moitié de l'embryon d'origine paternelle pourrait être perçue comme un agent étranger pour la mère et provoquerait une réaction de rejet. Ce n'est qu'après plusieurs fausses-couches que l'on parvient à détecter ce type de réaction. La thérapeutique associe généralement un médicament modifiant l'hémostase à un médicament immunosuppresseur.

Pendant cette période difficile, il est important de parler librement de son ressenti avec son partenaire et son médecin afin d'éviter l'isolement qui peut vous affecter psychologiquement.