Tout ce qu’il faut savoir sur le don de sang placentaire

Le don de sang placentaire est peu connu, et très peu pratiqué. Pourtant, cette décision "altruiste" ne peut pas faire de mal, et peut dans, bien des cas, sauver des vies...


Don de sang placentaire

Qu’est-ce qu’un don de sang placentaire ?

Le sang placentaire, qu’on appelle aussi le sang de cordon, est le sang qui se situe dans le placenta et le cordon ombilical lors d’une grossesse. Son importance pour la médecine tient du fait qu’il contient des cellules souches « hématopoïétiques », celles qui produisent toute notre vie les cellules de notre sang (les globules rouges qui transportent notre oxygène, les globules blancs qui luttent contre les infections, et les plaquettes qui arrêtent les saignements).

En fait, ces cellules souches si intéressantes sont également présentes dans la moëlle osseuse, pour lesquels les dons sont aussi très recherchés. Cependant, il est bien plus facile de donner son sang de cordon …

Le don de sang placentaire sert tout simplement à donner de nouvelles souches hématopoïétiques à un patient malade. Il lui offre une chance de fabriquer du « nouveau sang », et par conséquent la possibilité de guérir ! On parle ici de patients atteints de maladies dites « maladies du sang », c’est-à-dire atteints de cancers par exemple, comme la leucémie ou les lymphomes.  Des maladies graves, avec lesquelles on ne transige pas. Et trouver un donneur compatible est rare, très rare !

Comment se passe un don ?

À partir du quatrième mois de grossesse, et en partenariat avec votre responsable médical (sage-femme, obstétricien, etc.), vous pouvez répondre aux questions sur les antécédents familiaux et voir si vous êtes éligible pour ce don. Après ça, un formulaire de consentement devra être complété avant votre accouchement.

Le Jour-J, le prélèvement se fait directement après l’accouchement ! Lorsque le cordon ombilical vient d’être coupé et que le placenta est encore dans l’utérus. Ce prélèvement ne change en rien les procédures médicales habituelles lors de l’accouchement, et ne représente un risque ni pour vous, ni pour votre bébé.

En cas de complication lors de l’accouchement, le don est tout simplement annulé, et votre santé ainsi que la santé de votre enfant prévaut absolument.

Ce don est donc facile et sera réalisé sans qu’il n’y ait d’impact pour votre famille. A savoir, le don de sang placentaire est totalement anonyme.

Toutes les femmes peuvent-elles faire un don de sang placentaire ?

Toutes les femmes ne peuvent pas faire un don car il y a certaines contre-indications. Le don de sang n’est pas réalisable si :
  • La mère est mineure ou souffre de pathologies ou maladies qui empêchent le prélèvement, que cela soit au moment de la grossesse, de l’accouchement, ou même dans ses antécédents.
  • Le père est inconnu ou souffre de maladies ou d’anomalies génétiques.
  • La fratrie présente des pathologies hématologiques, des tumeurs solides ou des maladies génétiques
  • Le nouveau-né présente une anomalie de développement intra-utérin.
  • Des complications se présentent au moment de l’accouchement : si le terme est inférieur à 37 semaines, si la température maternelle est supérieure à 38,5°, si le liquide amniotique est déclaré méconial, s’il y a rupture de la poche des eaux 33 heures ou plus avant l’accouchement, et finalement si le bébé présente une souffrance fœtale aiguë.