Cordon ombilical : quel est son rôle et quand faut-il le couper ?

Le cordon ombilical est ce lien qui unit le bébé au placenta de la mère. Mais quel est son rôle et quand faut-il le couper ? On vous dit tout !


cordon ombilical

Le cordon ombilical : quel est son rôle ?

Le cordon ombilical est un fil conducteur qui va protéger les échanges sanguins entre vous et votre bébé contre les coups éventuels. Il contient, en effet, les vaisseaux sanguins qui alimentent votre bébé en nutriments et oxygène : une veine autour de laquelle s'enroulent deux artères.

La veine amène à votre bébé l'oxygène et la nourriture prélevés au niveau du placenta. Les artères ramènent les déchets (urines, gaz carbonique,...) vers le placenta qui les rejettent à son tour dans votre propre système circulatoire.

Comment se met-il en place ?

Vers la 10ème semaine, l'embryon s'éloigne du placenta en formation tout en y restant relié par un petit pédoncule qui deviendra le cordon ombilical. D'une part, il pénètre le futur nombril du bébé. D'autre part, il se termine par l'amnios qui s'étend sur le placenta.

Un lien unique entre maman et bébé

C'est le premier lien qui vous relie à votre bébé, un lien qui est source de vie. Le cordon ombilical est un cordon gélatineux qui relie votre bébé au placenta. L'aspect du cordon ombilical est blanchâtre, luisant et torsadé. Le cordon s'allonge et s'épaissit au cours de la grossesse.

Au moment de la naissance, il a une épaisseur d'environ 2 cm de diamètre et mesure 50 cm de long. Le débit sanguin du cordon peut atteindre jusqu'à 30 litres par jour.

Très souple, il est capable de supporter des tractions de 5 kilos et les galipettes que votre bébé lui fait subir.

Cordon ombilical ou corde à sauter ?

Son élasticité et sa flexibilité permettent au cordon ombilical d'être le premier jeu de votre bébé : il peut le tordre, le tenir, l'embrasser,... Le cordon peut s'enrouler de son pied ou autour de son bras.

Il arrive qu'il s'enroule autour de son cou... Cela ne pose pas de problème, sauf au moment de l'accouchement, phénomène très rare. Si le cordon serre trop fort, il risque d'étrangler votre bébé.

L'équipe médicale peut suivre cette situation grâce à une surveillance électronique et décider dans certains cas, de pratiquer une césarienne. Votre bébé sera alors vite sorti de cette situation critique.

À la naissance, c'est la rupture !

À la naissance, le cordon ombilical ne sert plus à rien. En effet, dès que votre bébé se met à respirer tout seul, les artères du cordon se contractent et le sang cesse de circuler. La circulation de l'enfant devient tout à fait autonome.

Le médecin y pose une pince stérile puis le coupe (ou demande au papa de le couper) à un ou deux centimètres du ventre de votre bébé. Cela reste indolore car aucun nerf ne traverse le cordon.

Après quelques jours et des soins appropriés pour qu'il ne s'infecte pas, le cordon ombilical sèche et tombe pour laisser une cicatrice indélébile : l'ombilic, plus connu sous le nom de nombril.

Quand faut-il couper le cordon ?

De plus en plus d’études prouvent les bienfaits d’un clampage retardé.  Mais y a-t-il un moment idéal pour couper le cordon ombilical ?

Longtemps recommandé, le clampage précoce (soit 10 secondes après la naissance) est aujourd’hui discuté. Bien que celui-ci prévient les hémorragies maternelles, de plus en plus de scientifiques se sont penchés sur le sujet et ont prouvé que le clampage retardé permettait un meilleur transfert du sang placentaire vers le nourrisson. Ceci contribuerait à diminuer les risques de carences en fer.

Une transfusion de sang importante pour le nourrisson

Une étude publiée ces dernières années, a démontré que les enfants dont le clampage avait été retardé de plus de trois minutes après la naissance, disposaient de meilleures capacités motrices fines à l’âge de 4 ans que les autres.

Ola Andersson, chercheur et pédiatre à l’hôpital universitaire d’Uppsala (Suède), déclarait « maintenir le lien ombilical pendant trois minutes représente une transfusion d'un décilitre de sang, ce qui correspond à la quantité de fer requise par l'enfant durant les trois à quatre premiers mois de la vie ». Etudiant depuis de nombreuses années les effets du clampage tardif, il a déjà démontré en 2011 que celui-ci permettait de réduire de 90% la fréquence des carences en fer chez le bébé âgé de 4 mois.

Le pédiatre a renouvelé l’expérience 4 ans plus tard. 400 enfants ont effectué des tests psychologiques. Si les résultats ne montrent pas de différence de QI, les enfants clampés plus tardivement enregistrent de meilleurs scores dans certains exercices spécifiques, notamment les garçons. « Le cerveau a besoin de fer pour se développer et les connexions neuronales qui gouvernent l'activité motrice se mettent en place durant l'enfance », interprète le chercheur.

Particulièrement conseillé chez les prématurés

Nombre d’études parallèles ont démontré que le clampage tardif avait d’importants bénéfices pour les bébés prématurés. Les bienfaits sont visibles au niveau de la tension artérielle mais on observe aussi une réduction des transfusions dans les services de réanimation néonatale. En revanche, les bénéfices pour les enfants nés à terme sont beaucoup moins évidents.

Contrairement aux préjugés, attendre avant de couper le cordon ombilical ne favorise pas l’apparition de la jaunisse chez le nourrisson. C’est une des conséquences d’une revue de littérature publiée l’an dernier. Emmanuelle Phan, membre du collectif interassociatif autour de la naissance précisait : « Sauf urgence, et même si le bénéfice d'un apport supplémentaire en fer est incertain, il n'existe pas d'arguments pour se précipiter ».

On rappellera que si certains médecins et sages-femmes ont changé leur pratique et retardé le clampage, la plupart des cordons ombilicaux sont coupés dans la minute qui suit la naissance.