Le liquide amniotique

Le liquide amniotique va envelopper votre bébé pendant neuf mois. De quoi est-il composé et à quoi sert-il ?


Le liquide amniotique

Le liquide amniotique est un liquide clair, aqueux et abondant, dans lequel baigne votre bébé. Pendant neuf mois, votre bébé va nager comme un poisson dans une eau complètement aseptisée (stérile).

La quantité de liquide amniotique change tout au long de votre grossesse :

  • 20 cm3 à la 7ème semaine
  • 300 cm3 à la 20ème semaine
  • 1 litre environ au moment de la naissance
  • Une fois le terme dépassé, la quantité de liquide diminue progressivement.

Le liquide amniotique provient principalement des sécrétions des membranes amniotiques et des urines de votre bébé.

Sa composition est proche de celle du sang. Il contient :

  • De l'eau riche en sels minéraux à 97%
  • Des cellules fœtales
  • Des sécrétions issues de l'organisme maternel
  • Des flocons blancs de vernix caseosa (graisse protectrice qui couvre le corps de votre bébé)
  • Des fragments de matière sébacée
  • Des poils

Le liquide amniotique n'est pas une eau stagnante, mais se renouvelle constamment, toutes les trois heures en fin de grossesse. Cela signifie que non seulement du liquide est secrété en permanence, mais également qu'il est absorbé en permanence pour être remplacé. Il y a donc toujours une même quantité de liquide, car les sécrétions et la résorption s'équilibrent.

Le liquide amniotique est absorbé par la peau de votre bébé ou avalé par la bouche. En effet, jusqu'à la 14ème semaine, le liquide passe directement au travers de la peau fine et translucide de votre bébé. Ensuite, la peau s'épaissit. Le liquide va donc circuler par un autre chemin : la voie digestive. Une partie du liquide avalé se transforme en urine et est rejetée dans la cavité amniotique.

Rôle du liquide amniotique

  • Il amortit les chocs extérieurs et atténue les bruits. Parallèlement, il protège vos organes contre les coups de votre bébé, tel un airbag.
  • Il apporte une quantité considérable d'eau et de sels minéraux à votre bébé.
  • Il sert à maintenir votre bébé à température constante (37°).
  • Il agit comme une barrière de protection contre les infections grâce à son rôle antiseptique (désinfectant).
  • Après la rupture de la poche des eaux, il lubrifie les voies génitales au moment de l'accouchement, facilitant ainsi le passage de votre bébé.
  • Il contient des indications précieuses sur le bon déroulement de la grossesse.

Les membranes de l'œuf

Le liquide amniotique est contenu dans un sac hermétique, fait d'une double membrane translucide : l'amnios et le chorion. Ils forment ensemble ce qu'on appelle les membranes de l'œuf.

L'amnios: l'amnios, qui dérive du bouton embryonnaire, forme la poche des eaux et contient le liquide amniotique. C'est une membrane fine et résistante. Plus votre bébé se développe et plus l'amnios grandit au point d'occuper en fin de grossesse tout l'espace utérin. Cette membrane, qui délimite la cavité amniotique, va s'accoler à une seconde membrane, le chorion.

Le chorion: le chorion issu du trophoblaste (la périphérie de l'œuf), se trouve entre l'amnios et la paroi utérine. Votre bébé, protégé par ses enveloppes, peut flotter comme un poisson en toute sécurité.

Les examens du liquide amniotique

L'analyse du liquide amniotique révèle des informations très importantes sur la bonne ou mauvaise santé de votre bébé. L'amniocentèse et l'amnioscopie sont les deux techniques de diagnostic prénatal qui se basent sur une analyse du liquide amniotique.

L'amniocentèse: l'amniocentèse consiste à prélever du liquide amniotique à l'aide d'une piqûre faite à travers la paroi abdominale de la future maman. Elle permet de révéler des anomalies chromosomiques. Elle se fait habituellement entre la 16ème et la 18ème semaine d'aménorrhée, car avant cette date, il y a trop peu de liquide et de cellules fœtales pour effectuer un examen convenable. C'est un examen indolore qui se fait sous contrôle échographique et qui ne dure qu'une à deux minutes.

L'amnioscopie: l'amnioscopie consiste à examiner, lorsqu'on est proche du terme de la grossesse, l'aspect du liquide amniotique en introduisant un petit tube, muni d'une lampe éclairante, dans le vagin. L'amnioscopie permet donc de savoir si votre grossesse se prolonge normalement ou non. En effet, lorsque le liquide devient plus opaque, cela signifie que le fœtus a rejeté du méconium, signe de mauvais échanges entre la mère et son enfant. Cela peut justifier un accouchement anticipé.

Les troubles du liquide amniotique

Il ne faut pas confondre le banal excès ou insuffisance de liquide amniotique avec ce qu'on appelle les troubles du liquide amniotique.

Hydramnios: on parle d'hydramnios lorsqu'il y a une quantité de liquide amniotique trop importante pour la taille de l'utérus (plus de 2 litres). L'excès de liquide a pour conséquence de distendre l'utérus et de provoquer des contractions. C'est alors un risque d'accouchement prématuré. Cet excès de liquide peut être d'origine fœtale (grossesse gémellaire, malformations) ou maternelle (un diabète, incompatibilité sanguine). L'échographie renseignera sur le développement du bébé et parfois sur la cause de l'hydramnios. Dans certains cas, un traitement médical peut suffire. Dans d'autres cas, des ponctions amniotiques seront nécessaires afin de réduire la quantité de liquide amniotique. Malheureusement lorsque l'hydramnios est aigu, il faut interrompre la grossesse.

Oligoamnios: on parle d'oligoamnios en cas de diminution extrême ou d'absence totale de liquide amniotique (moins de 200ml). L'insuffisance de liquide peut être passagère et sans conséquences pour votre bébé. Dans d'autres cas, elle est préjudiciable au bon fonctionnement du bébé. Elle est parfois due à une fissuration de la poche des eaux. Une écographie détaillée permettra de diagnostiquer des troubles du développement et l'existence ou non de malformations de votre bébé. L'estimation du bien être de votre bébé est fondamentale pour décider la poursuite ou l'interruption de votre grossesse.