Grossesse : tout sur les pertes de sang pendant la grossesse

Perdre du sang pendant la grossesse est l’une des sources d’angoisse des futures mamans. Les raisons et les causes sont nombreuses. 


Grossesse : tout sur les pertes de sang pendant la grossesse

Pertes de sang du premier trimestre

Perdre du sang lors du premier trimestre est très fréquent. Il s’agit bien souvent de saignements vaginaux peu abondants. Deux origines naturelles et sans la moindre gravité :

La nidation qui a lieu 10 jours après la fécondation. En effet, en s’installant dans l’utérus, l’embryon peut provoquer de petits saignements pendant quelques jours.
Les hormones propres à la grossesse. Au moment normal de vos règles, votre corps peut continuer à produire des hormones, d’où des saignements similaires aux menstruations mais bien moins abondants. On les appelle souvent « règles anniversaires »

Fragilité du col de l’utérus

Le col de l’utérus devient plus fragile durant votre grossesse. Il est donc possible de saigner légèrement après un examen gynécologique ou un rapport sexuel. Il n’y a aucune inquiétude à avoir donc. Ce phénomène peut se manifester dès le premier trimestre de grossesse mais reste toutefois plus fréquent en fin de grossesse.

Quand consulter ?

Durant le premier trimestre, par précaution il est bien souvent recommandé de signaler tout saignement, même faible  et à priori sans gravité à votre médecin ou à votre sage-femme. Il est important de consulter surtout si le saignement est abondant, car cela peut être le signe d’une cause plus grave

Afin d’évaluer correctement l’intensité des saignements, les médecins prennent souvent comme référence des pertes durant 2 à 3heures consécutives et imbibant une maxi-serviette, ou deux serviette normales.

Les causes là aussi sont nombreuses comme un hématome décidual marginal (le placenta s’est partiellement décollé sous l’effet d’un hématome) sans danger pour le bébé si diagnostiqué à temps. Cependant malheureusement des fausses couches, les grossesses extra-utérines ou encore les grossesses molaires peuvent en être aussi à l’origine. Les pertes peuvent dans ces cas-là s’accompagner d’autres symptômes. C’est pourquoi il est important de consulter, surtout si le saignement est abondant.

Durant le deuxième et troisième trimestre, à moins que les saignements soient manifestement dus à un examen ou à un rapport sexuel, il faut toujours consulter, quelle que soit leur intensité. En effet, il n’existe aucune cause « naturelle » pouvant expliquer des pertes de sang à ce stade de la grossesse, il est donc impératif de voir un médecin.

Cela ne veut pas dire non plus que c’est forcément grave : les saignements peuvent venir d’un polype vaginal totalement bénin ou d’un petit fibrome utérin. Autre cause possible de saignements durant le troisième trimestre : un mauvais positionnement du placenta pouvant éventuellement conduire à un accouchement prématuré.