Les différentes étapes de l'accouchement : la dilatation (I)

La dilatation est la première phase de l'accouchement. Mais à quoi sert-elle vraiment et comment mesure-t-on son avancement ?


dilatation, étapes accouchement, dilatation, péridurale, monitoring

L'accouchement est constitué de plusieurs étapes dont celle de la dilatation. Il s'agit de la dilatation du col de l'utérus pour laisser passer le bébé durant l'accouchement et grâce aux contractions...

La dilatation

Le col de l'utérus, ce petit conduit qui sépare la cavité utérine du vagin, est un muscle prodigieux. Extrêmement tonique, il est capable de maintenir l'utérus fermé pendant neuf mois, mais aussi de s'effacer complètement pour laisser passer votre bébé.

La dilatation est possible grâce aux contractions. En effet, les contractions de l'utérus, si douloureuses, vont avoir pour conséquence :

  • le raccourcissement du col que l'on appelle effacement,
  • puis son ouverture appelée dilatation. La progression de la dilatation se mesure en centimètres, elle est complète à 10 cm.

Pour un premier bébé, l'ouverture du col est progressive, elle est lente jusqu'à 5 ou 6 cm, plus rapide ensuite pour atteindre les 10 cm. On compte généralement 1 cm d'ouverture par heure. Toutes les heures, la sage-femme viendra vérifier que la dilatation progresse bien. N'hésitez pas à lui poser les questions qui vous ont tracassées depuis sa dernière visite.

L'effacement du col et le début de son ouverture se passent généralement à la maison. Le signal de départ pour la maternité pour un premier bébé, c'est lorsque vous avez des contractions régulières, de plus en plus rapprochées et douloureuses toutes les 5 minutes pendant une heure. Ces contractions durent environ de vingt à cinquante secondes.

Le monitoring de la dilatation

Le monitoring est un appareil qui enregistre, à l’aide de deux capteurs placés sur votre ventre, l’intensité de vos contractions et le rythme cardiaque de votre bébé.

  • Le premier capteur permet de retracer sur un papier millimétré le rythme cardiaque de votre bébé et de s’assurer qu’il supporte bien les contractions. Le cœur d’un bébé bat de 120 à 160 fois par minute. C’est la répétition de ralentissements qui alerte la sage-femme et qui est interprétée comme un rythme anormal.
  • Le second capteur enregistre vos contractions utérines. Sur le papier d’enregistrement, des vagues se dessinent. Le haut des vagues correspond au pic des contractions et le creux, aux phases d’accalmie.

Si vous bougez, les capteurs peuvent être déplacés. Ne vous inquiétez pas des faux résultats qui peuvent alors s’inscrire et appelez la sage-femme pour qu’elle les repositionne.

La perfusion lors d'une dilatation

La majorité des maternités vous mettent systématiquement sous perfusion car c’est une sécurité supplémentaire. La perfusion ou le cathéter permet d’avoir accès immédiatement à votre veine, si en cours de travail, vous aviez besoin d’un traitement médicamenteux, du sérum glucosé pour vous redonner un peu de tonus ou du sang en cas d’hémorragie.

L’intérêt de la mise en place d’une perfusion ou d’un cathéter est donc de ne pas perdre de temps à chercher une veine en cas de complications.

La perfusion ou le cathéter souple est posé soit sur l’avant-bras, soit sur la main pour laisser libres les mouvements des bras dont vous pouvez avoir besoin au moment de l’expulsion. Le cathéter a l’avantage de ne pas vous immobiliser, contrairement à la perfusion.

La pose fait aussi peu mal qu’une prise de sang. Mais le futur papa peut vous distraire en vous parlant ou en caressant l’autre bras.

La péridurale lors d'une dilatation

L’anesthésiste peut vous poser la péridurale dès 3 cm de dilatation jusqu’à 10 cm à condition que le bébé ne soit pas encore engagé dans le bassin.

Vous êtes assise au bord du lit, le dos rond et l’anesthésiste introduit entre la troisième et la quatrième vertèbres lombaires, un produit anesthésiant autour de la dure-mère (l’enveloppe de la moelle épinière). Une quinzaine de minutes plus tard, tout le bas de votre corps est insensibilisé et vous ne sentez plus les contractions, juste un inconfort ou une envie de pousser.

Quand l’effet sera dissipé, une seconde puis troisième dose d’anesthésiant sera réinjecté par le cathéter laissé en place. Dans certaines maternités, une auto-pompe vous permet de régler vous-même et au moment voulu la quantité de produit anesthésiant que vous estimez avoir besoin.