Le déroulement de l'accouchement : l'expulsion du bébé (I)

L'expulsion est le moment magique où bébé va naître : c'est un processus plus ou moins long auquel vous devez vous préparer.

Le déroulement de l'accouchement : l'expulsion du bébé (I)

L'expulsion est la seconde phase de l'accouchement. Elle dure entre 30 minutes et une heure. C'est la phase au cours de laquelle, le bébé franchit le col de l'utérus et va se frayer un passage à travers le bassin osseux puis à travers le bassin mou jusqu'à la vulve.

Les contractions

  • De plus en plus rapprochées, toutes les deux minutes.
  • De plus en plus longues, elles durent près d’une minute.

Si vous êtes sous péridurale, vous ne ressentez pas la douleur, juste un inconfort. Continuez simplement à respirer profondément pour bien oxygéner votre bébé.

Tout au long de cette phase, l’équipe médicale va vous coacher et va vous aider à faire coïncider vos poussées et les contractions, c’est le moment du fameux « Inspirez, bloquez, poussez ! ».

Lorsque la contraction est là, bouche fermée, inspirez profondément pour abaisser le diaphragme. Au sommet de votre inspiration, bloquez votre souffle. Puis contractez fortement vos abdominaux pour appuyer le plus possible sur le bébé et le pousser vers la sortie, tout en soufflant doucement, comme si vous vouliez éteindre une bougie. Ne vous inquiétez pas, la sage-femme vous aidera à trouver le rythme respiratoire le plus efficace possible. L’infirmière facilitera la progression du bébé par une pression de la paume des mains sur le haut de votre utérus pendant la contraction suivant les instructions de la sage-femme qui surveille et guide la progression de votre bébé. Lorsque la contraction est passée, faites une respiration profonde en inspirant puis en expirant largement.

Entre deux contractions, détendez-vous, respirez normalement pour reprendre des forces.

Il est fort probable que lorsque votre bébé s’engage dans le bassin mou et appuie sur votre rectum, vous libériez une selle. Laissez-vous aller et surtout ne vous retenez pas. L’infirmière changera discrètement votre alèse, sans se formaliser. Si vous êtes donc angoissée par cette perspective, utilisez un laxatif avant de partir pour la maternité.

Côté bébé

Durant cette période, votre bébé est réveillé parce qu’une fois la poche des eaux rompue, il est privé de son confortable matelas d’eau. Et le voilà en contact direct avec l’utérus, butant sur le bassin osseux.

Instinctivement, votre bébé est attiré vers l’extérieur et sa tête s’oriente afin de trouver le meilleur chemin pour naître. Il prend la direction des opérations et s’engage dans le bassin qui est totalement inextensible. Cette forte pression qu’il subira tout au long de son chemin n’est pas douloureuse et a un effet bénéfique sur ses poumons. Ceux-ci se vident du liquide amniotique qu’ils contenaient et libèrent en même temps une substance, appelée le surfactant, qui permettra aux alvéoles pulmonaires de se déplisser.

Votre bébé va devoir franchir de nombreux obstacles :

  • col de l’utérus
  • bassin osseux
  • bassin mou
  • périnée

Le bassin osseux

La tête de votre bébé commence par franchir l’orifice supérieur du bassin, appelé le détroit supérieur. Pour ce faire, il tourne la tête du côté droit ou parfois du côté gauche, et fléchie vers le bas, le menton sur le thorax. Cette flexion de la tête permet de réduire au maximum ses dimensions à 9,5 cm.

Les os de la tête n’étant pas encore soudés entre eux, leur malléabilité facilite sa progression. En effet, les fontanelles et les sutures permettent à la tête de se modeler selon la forme du bassin. C’est pourquoi la tête de certains bébés présente une drôle de forme allongée.

Une fois le détroit supérieur franchi, votre bébé descend progressivement. Il effectue alors une seconde rotation pour sortir du détroit inférieur du bassin osseux.

Le bassin mou

Une fois le bassin osseux franchi, votre bébé doit encore franchir le bassin mou qui est composé de l’ensemble des muscles du périnée.

Bien que la fatigue se fasse sentir, vous n’aurez pas de répit, il va falloir rassembler toutes vos forces et pousser en même temps que les contractions. La sage-femme va vous installer en position gynécologique, les pieds dans les étriers.

Les muscles du périnée sont très élastiques et se dilatent progressivement sous la pression de la tête de votre bébé. Si vous n’êtes pas sous péridurale, vous aurez probablement l’impression d’être au bord de l’explosion tellement vos tissus sont tendus.