L’accouchement eutocique et dystocique

L’accouchement eutocique et dystocique : qu’est-ce que c’est ? 


L’accouchement eutocique et dystocique

L’accouchement eutocique

Il s’agit d’un accouchement par voies naturelles, sans complication et sans nécessité d’une intervention médicale supplémentaire. Le bébé se présente la tête vers le bas et sa sortie est vaginale.

Lors d’un accouchement « sans difficulté », les contractions utérines sont rythmées et coordonnées, il y a une modification et une dilatation du col de l’utérus puis la descente de bébé à travers votre vagin.

L’accouchement dystocique

En revanche, l’accouchement dystocique correspond à un accouchement qui rencontre des difficultés et nécessite une intervention médicale supplémentaire (manipulations ou intervention chirurgicale).

Elles peuvent être d’origine maternelle, fœtale ou annexe (placenta, cordon ombilical, etc.). Un accouchement devient dystocique lorsqu’un retard ou une complication surgit au cours des étapes de l’accouchement (contractions, modification/dilatation du col de l’utérus, descente du bébé…), entravant ainsi son bon déroulement.
Une prolongation de ces retards ou complications risquent de mettre en danger la mère et l’enfant. Une intervention médicale devient alors nécessaire.

Le terme « dystocie » désigne tout ce qui empêche un accouchement de se passer normalement.

Les différentes formes de « dystocie »

D’origine maternelle

- Mécanique : la difficulté vient des os ou des tissus. Lorsque les os du bassin sont trop étroits ou déformés, cela empêche la sortie de la tête du bébé. On ne peut diagnostiquer cette disproportion entre le bassin et le crâne que lorsque la dilatation est déjà bien avancée. La dystocie des tissus concerne l’intérieur même de l’utérus ou du canal de naissance.

- Dynamique : c’est un ensemble d’anomalies qui peuvent avoir lieu au moment de l’activité contractile de l’utérus. Elles concernent la fréquence ou l’intensité des contractions. On distingue différentes contractions comme : les contractions utérines hyper dynamiques (contractions fortes ou très fréquentes), hypo dynamiques (contractions faibles ou peu fréquentes) et désordonnées (contractions irrégulières).

Liées au bébé

- Présentation transversale ou oblique : il est nécessaire de recourir à une césarienne.

- Présentation par le siège : généralement, l’obstétricien décide de recourir à une césarienne. Même si dans certains cas, l’accouchement vaginal est possible.

Dystocie des épaules

- « difficulté aux épaules » : lorsqu’elles sont mal positionnées, les épaules du bébé ont du mal à passer dans le bassin car l’une des épaules bute contre la symphyse pubienne. Cela arrive dans 4 à 5 accouchements sur 1000.

- la « dystocie aux épaules » pure, en revanche, est plus grave. Cette difficulté survient lorsque la largeur des épaules du bébé est supérieure à la largeur du bassin de la maman.