La rééducation périnéale

Pourquoi faut-il faire sa rééducation périnéale ? A quel moment ? Quelles sont les différentes méthodes de rééducation ? Pas de panique, on vous en dit plus.


Rééducation périnéale

Qu’est-ce que le périnée ?

Le périnée est un faisceau de muscles qui constitue un soutien essentiel des organes génitaux internes.

Sa fonction est essentielle car il soutient les organes du petit bassin (rectum, vagin, utérus, vessie). Plus il est solide, plus les organes sont convenablement maintenus. Cet ensemble de muscles a beau être extensible, il subit la pression supplémentaire du poids du bébé pendant la grossesse et de fortes tensions lors de l'accouchement.

Pourtant, le périnée n'est pas en mesure de se renforcer seul. Il faut l'aider en reproduisant les mouvements de contraction périnéale qui l’animent habituellement. Le but étant que le phénomène réflexe des muscles du périnée revienne. Là est tout l’enjeu de la rééducation périnéale.

Après la naissance, il est souvent relâché. Une rééducation bien menée va vous permettre de récupérer un périnée tonique et vous protéger d'éventuelles fuites urinaires.

De plus, le périnée joue un rôle important lors des rapports sexuels par le plaisir que procurent ses muscles en se contractant et se décontractant spontanément.

Pour quelles raisons fait-on une rééducation périnéale ?

Retrouver une vie sexuelle harmonieuse et éviter les fuites urinaires, voilà deux excellentes raisons pour faire travailler son périnée après l’arrivée de bébé.

Après 9 mois de sollicitations constantes, votre périnée qui est déjà affaibli, va être soumis à une nouvelle épreuve qui ne va pas le laisser indemne : l’accouchement.

L’accouchement par voie basse va en effet distendre de nouveau les tissus, surtout si le bébé est gros, ou que le travail est difficile, avec recours aux forceps et à l'épisiotomie.

Sachez qu'une naissance par césarienne ne dispense pas de cette rééducation. En effet, le périnée a tout de même été sollicité durant 9 mois, provoquant un relâchement.

C’est pourquoi, lors de la visite post-natale, 6 à 8 semaines après la naissance de bébé, un examen systématique du périnée est prévu. Afin de mettre éventuellement en place une rééducation périnéale.

Comment savoir si c’est nécessaire ?

Indispensable avant toute rééducation, le bilan périnéal permet d'apprécier l'état musculaire du périnée.Il peut être effectué par un kinésithérapeute ou une sage-femme.

Une rééducation vous sera alors conseillée si vous êtes sujette à des fuites urinaires, si vous avez des douleurs pendant les rapports sexuels, ou encore si l'examen clinique révèle une musculature peu efficace et des organes en position basse.

Quand commencer la rééducation périnéale ?

La rééducation périnéale est proposée entre 6 et 8 semaines après un accouchement.

Par ailleurs, la rééducation du périnée doit toujours précéder la rééducation abdominale ! La contraction des muscles du ventre provoquerait une trop forte pression sur le périnée, encore traumatisé par l’accouchement. Il faut qu’il soit « réparé » et à nouveau tonique avant de vous mettre en quête de retrouver un ventre plat.

Les différentes méthodes

La rééducation manuelle

Le spécialiste se sert de ses doigts pour vous faire prendre conscience de vos différents muscles périnéaux. Il effectue un toucher vaginal puis indique par des pressions légères sur quel muscle la femme doit orienter sa contraction. Si elle est plus intrusive que les autres méthodes, elle permet une rééducation précise. La pratique du yoga ou du Pilates peut aussi aider.

L’électrostimulation

La stimulation électrique se fait au moyen d'une sonde vaginale et consiste à provoquer des contractions passives du périnée. C'est une technique indolore et sans danger. Son principe est basé sur l'utilisation de courants électriques transmis par le biais de sondes placées dans le vagin ou l'anus ou encore d'électrodes externes collées sur la région périnéale. En stimulant les nerfs des muscles du périnée, les courants électriques provoquent des contractions musculaires qui vont peu à peu renforcer le plancher pelvien.

La visualisation 

C'est un travail par visualisation qui nécessite au départ un toucher vaginal. Cete méthode consiste à visualiser une grotte, un pont-levis, une fleur qui s'ouvre et à contracter le périnée à ces visualisations. Le doigt du thérapeute qui fait le toucher permet de contrôler les zones qui se contractent. Cette méthode naturelle vise à dissocier les différents muscles pour pouvoir travailler sur les zones les plus faibles. Elle est plutôt destinée à des femmes très motivées pour lesquelles les autres pratiques n'ont pas été assez efficaces ou à des sportives qui ont besoin d'un périnée particulièrement tonique.

A la maison 

La rééducation se poursuit également à la maison avec des exercices très simples à pratiquer une dizaine de minutes par jour. Il suffit d'utiliser une sonde vaginale et de respecter les consignes données par le spécialiste