Hémorroïdes, épisiotomie... Quels soins à la maternité ?

Hémorroïdes, épisiotomie... Votre séjour à la maternité est l'occasion d'apprendre quelques gestes pour prendre soin de vous.


Hémorroïdes, épisiotomie... Quels soins à la maternité ?

Une hémorroïde est une varice qui se forme à l'anus et au rectum.

La dilatation des veines de votre anus pendant la grossesse, conjuguée aux efforts de poussée, amène très souvent la constitution d'hémorroïdes. Avec votre doigt, vous sentez comme une grosse boursoufflure sur l'anus ou juste à l'entrée du rectum.

Vous devez en parler sans attendre, car c'est un mal très douloureux qui nécessite un traitement, vous recevrez une pommade anti-hémorroïdaire à appliquer localement.

Les premières selles sont souvent vécues comme une véritable épreuve, mais plus vous attendrez, plus ce sera pénible. Et la constipation aggrave les hémorroïdes, c'est pourquoi votre alimentation doit être riche en fruits et en fibres.

Les premiers jours, vous pouvez vous aider d'un laxatif ou de la gelée de paraffine. Si vous continuez à souffrir, consultez votre médecin car il s'agit peut-être d'une thrombose hémorroïdaire ou d'une fissure anale nécessitant l'intervention d'un proctologue.

Les soins de la cicatrice (épisiotomie)

Les soins de l'épisiotomie sont très importants pour permettre une bonne cicatrisation :

  • L'infirmière fera votre toilette vulvaire deux fois par jour. Elle terminera les soins en séchant la cicatrice à l'aide d'éosine non alcoolisée.
  • La cicatrice doit toujours rester propre et sèche, rincez et séchez votre cicatrice après chaque miction (action d'uriner) pour éviter l'humidité.
  • Ne portez pas de slip en tissu synthétique car cette matière favorise la macération.
  • Certaines maternités utilisent le sèche-cheveux car l'air chaud qu'il envoie diminue l'humidité locale et accélère la cicatrisation. N'en abusez pas afin de ne pas dessécher la peau et durcir les muqueuses.
  • Ne craignez pas d'aller à selle, les fils et les agrafes maintiennent parfaitement les bords de la plaie. Il n'y a aucun risque que les fils lâchent.
  • Les fils, généralement résorbables, disparaissent en 1 à 3 semaines.
  • Les fils externes, qui ne se résorbent pas sont retirés après 5 jours de façon tout à fait indolore.

Les 2-3 jours qui suivent l'épisiotomie sont assez pénibles car la position assise est douloureuse. Des antalgiques et des anti-inflammatoires vous seront prescrits. Dans certaines maternités, on vous assoit sur une bouée pour vous soulager.

Pour certaines, l'épisiotomie passe presque inaperçue et l'inconfort est minime. Pour d'autres, les douleurs de l'épisiotomie ponctuent leurs journées et assombrissent leurs premiers jours ou semaines avec leur bébé.

Mais dites-vous que ces ennuis passagers, si désagréables soient-ils, ne sont rien en comparaison des douleurs provoquées par une déchirure. En aucun cas, vous ne devez hésiter à parler aux infirmières, à votre gynécologue ou sage-femme de la gêne ou de la douleur que vous ressentez localement.

Dans certains cas, forts rares, la cicatrice est épaisse et gênante. Il est alors possible de la reprendre chirurgicalement. L'opération se déroule sous anesthésie locale et dure à peine une demi-heure. Cette intervention peut se programmer dans les mois qui suivent l'accouchement.