Ces choses à savoir sur les suites de couches

La grossesse apporte son lot de changements pour le corps de la maman, mais l'accouchement également.


Ces choses à savoir sur les suites de couches

On vous avait parlé des petits désagréments post-partum: fuites urinaires, fatigue, babyblues, hémorroïdes... Mais il y a des choses dont on ne parle pas, ou peu.

Les douleurs de l'épisiotomie peuvent durer longtemps

Lorsque vous vous asseyez, lors des rapports sexuels... beaucoup de situations peuvent relancer la douleur dûe à l'épisiotomie. Le Collectif interassociatif avait d'ailleurs publié une étude indiquant que 3 femmes sur 4 avaient soufferts de l'épisiotomie. 38% de ces femmes avaient ressenti des douleurs juqu'à un mois après l'accouchement, 13% jusqu'à trois mois et 10% au-délà. L'intensité de la douleur et sa durée varie beaucoup selon les femmes.

Que puis-je faire? La cicatrice doit toujours rester propre et sèche. Pour cela, on pense à bien nettoyer avec de l'éosine non alcoolisée après chaque passage aux toilettes. Et on pense à ne pas trop solliciter cette partie du corps encore très fragile. Si toutefois la douleur persiste au-delà d'une grosse semaine ou que la cicatrice continue de gêner ou de tirailler après un mois, il ne faut pas hésiter à consulter.

Cette impression que le corps n'est pas "fermé"

A la suite de la naissance, la femme a parfois cette sensation de béance au niveau du vagin, comme si le corps n'était pas "fermé". Cela s'explique par le poids de l'utérus encore très important et qui n'a pas retrouvé sa taille normale et par le relâchement du périnée. 

Que puis-je faire? Dans ces cas-là, il faut faire travailler son périnée. Pleins de petits exercices sont faciles et largement faisables à la maison. Exercice facile, à pratiquer dès l'accouchement: allongez-vous et respirer faiblement et lentement. Au moment d'expirer, contracter votre périnée (comme si vous vouliez retenir une envie pressante) pendant 3 secondes puis relâcher 5 secondes avant de recommencer. Quand cela devient trop facile, allongez le temps de contraction.

Les tranchées

Certaines femmes pensant en avoir enfin fini avec les contractions après l'accouchement, sont bien étonnées d'en avoir post-partum. Ces contractions sont appelées "tranchées" et surviennent souvent à partir du deuxième enfant. Elles peuvent cependant se produire dès le premier enfant s'il est né par césarienne. Malgré le fait qu'elles soient désagréables, douloureuses et inattendues, ces tranchées sont normales car elles aident l'utérus à retrouver sa taille d'origine. Elles sont souvent plus douloureuses lorsque vous allaitez car la succion du mamelon entraîne une augmentation de la sécrétion d'ocytocine qui provoque les contractions de l'utérus.

Que puis-je faire? Vous pouvez prendre du paracétamol pour atténuer la douleur ou avoir recours à l'homéopathie: caulophyllum en 9CH avant chaque têtée. 

Cette impression de ventre vide

Outre le fait, que vous n'avez plus cette sensation du bébé à l'intérieur de votre corps, vous ne reconnaissez plus votre corps d'avant la grossesse. L'utérus est encore gros, la peau est distendue, les intestins qui ont soudainement retrouver de l'espace bougent un peu dans tous les sens et commencent à se repositionner, tous comme les abdominaux. 

Que puis-je faire? Cette sensation va s'atténuer au fil des jours et des sermaines, il faut être patiente. Vous pouvez aussi faire du sport pour essayer de redonner plus de fermetés à votre corps et ainsi tonifier l'utérus et les abdominaux.

La première selle post-partum

Ce sujet est si tabou que les femmes n'en parlent pas entre elles et n'osent bien souvent pas aborder le sujet auprès des professionnels de la santé. Elles gardent ainsi pour elles leurs interrogations, leurs doutes et redoutent d'avoir mal. Les craintes sont encore plus grandes lorsqu'il y a eu des points sur le périnée de peur de voir la cicatrice se rouvrir. Certaines auront donc tendance à développer une sorte de "constipation psychologique" qui ne fera qu'empirer les choses. 

Que puis-je faire? Il n'y a pas de honte à avoir, c'est pourquoi vous pouvez poser la question au personnel médical qui vous entoure lors de votre séjour en maternité. Ils pourront vous fournir un traitement à prendre oralement ou par l'utilisation de suppositoires. Des traitements homéopathiques sont également recommandés. 

Crédit photo: Sage femme Aix