Des corps étrangers et substances nocives dans la nourriture de bébé

Des vis dans les purées pour bébés, des hydrocarbures dans le lait en poudre infantile… Malgré les discours des marques qui se veulent de plus en plus rassurants, donner à son enfant des produits transformés du commerce n’est pas sans risque.


Des corps étrangers et substances nocives dans la nourriture de bébé

Des corps étrangers dans les purées fournies aux crèches de région parisienne

Comment est-il possible de retrouver dans des purées à destination de bébés des vis, des boulons, des morceaux de film plastique, ou encore des morceaux de céramiques ? C’est la question que se posent les puéricultures ayant retrouvé ces corps étrangers dans les mixtures et ainsi évité la catastrophe. Plusieurs cas ont été signalés entre octobre 2018 et ce printemps 2019. Elior, la société fournissant ces repas est directement mise en cause, et plus précisément une de ses cuisines centrales, situé dans le Val-de-Marne. La direction explique avoir connu des « dysfonctionnements » dus, entre autres, à un manque de formation des salariés qui, pour la plupart, sont intérimaires. Le manque certain d’hygiène expliquerait notamment la présence d’objets, de résidus de nourriture, voire parfois de « produits en décomposition bactériologique » restés sur les machines de production. Pourtant, la société Elior est soumise à une très stricte réglementation, même si une partie repose sur ce qu’on appelle « l’autocontrôle ».  Des mesures ont aujourd’hui été prises par le groupe, qui assure qu’il n’y a néanmoins eu aucun impact sur la santé des bébés.

Des hydrocarbures dans les laits en poudre infantiles

L’organisation non gouvernementale Foodwatch a analysé seize boîtes de lait en poudre infantile commercialisées en France en Allemagne et aux Pays-Bas, et parmi elles, la moitié contenait une quantité assez inquiétante de MOAH (mineral oil aromatic hydrocarbons), substance reconnue génotoxique et cancérigène. En France, ce sont les boîtes « Galliagest croissance 3 sans lactose » et « Nidal 1er âge » qui sont concernées. Cependant, il faut prendre en compte le fait que ces substances ne représentent pas un danger direct pour la santé des bébés et peuvent être consommés, mais des réglementations plus strictes au niveau de la France et de l’Europe doivent être adoptées.

La morale, c’est qu’il est préférable de nourrir bébé de petits plats faits maison lorsque c’est possible, et de faire preuve de vigilance quant aux produits achetés dans les grands commerces.