Allaiter avec des implants mammaires, c’est possible ?

C’est une question que beaucoup de personnes se posent : est-il possible d’allaiter son enfant avec des implants en silicone ? Si oui, y a-t-il une incidence sur le lait que le bébé ingurgite ? Nous vous éclairons.


Allaiter avec des implants mammaires, c’est possible ?

L’allaitement et l’augmentation mammaires, compatibles ?

En général, la réponse est oui. Une augmentation mammaire « classique » peut s’effectuer de trois manières différentes : par voie axillaire (incision dans le creux de l’aisselle), par voie sous-mammaire (incision sous le sein) ou par voie hémiaérolaire (incision autour de l’aréole). Pour les deux premières, les canaux lactifères et la glande ne sont pas touchés ni sectionnés, ce qui n’est pas forcément le cas pour la troisième. Le chirurgien se doit d’être particulièrement délicat et faire attention à ne pas « endommager » ces parties-là, actrices importantes de l’allaitement. En revanche, si l’opération a lieu pour corriger une chute des seins, une partie de la glande et des canaux lactifères peuvent être sectionnés. Dans ce cas-là uniquement, l’allaitement peut être compromis. En dehors de ce cas, il est très rare qu’une augmentation mammaire effectuée par un chirurgien expérimenté empêche la femme d’allaiter son enfant.

Des conséquences existent-elles ?

Plusieurs études ont été menées ces dernières années afin de voir si des différences existaient entre des femmes portant des implants et des femmes n’en portant pas. L’allaitement n’est pas particulièrement plus difficile pour une femme ayant subi une opération que pour une autre. En revanche, il est observé qu’une femme aux seins naturels a plus de lait à fournir à son bébé.
En cas de fuite de silicone, il est bien sûr déconseillé de nourrir son bébé au sein. Si la prothèse est en bon état et ne présente aucun défaut, il n’y a pas de risque pour l’enfant de consommer de gel de silicone.
Dans la plupart des cas donc, et si l’opération a eu lieu pour des raisons esthétiques et non médicales, l’allaitement n’est pas impacté.
Parce qu’on n’est jamais trop prudent, parlez-en tout de même à votre médecin pour avoir son avis sur la question.