Saga Pampers #2 : les secrets de leur fabrication

Comme vous le savez, nos collègues belges de chez Baby.be sont partis à l’aventure il y a quelques temps ! Leur but : investiguer dans les laboratoires du centre de Recherche et Développement de la marque Pampers. Et cette fois-ci, il s’agissait d’en apprendre plus sur la composition, la conception et la qualité des langes …


Saga Pampers #2 : les secrets de leur fabrication

©Procter & Gamble, Schwalbach, Germany

Après un premier article vous parlant de la marque, de son historique et de son but, nous voici à l’étape suivante. La réputation de Pampers étant mise à mal de plus en plus souvent ces dernières années, notamment suite à différents scandales, nos confrères se sont penchés sur ce qu’il se passait réellement dans ces langes.

De quoi se compose une couche Pampers ?

©Procter & Gamble, Schwalbach, Germany

La révolution apportée par les langes jetables n’est plus à commenter : la couche, depuis qu’elle se jette, a changé la vie de nombreuses femmes dans le monde. Et même si certaines préfèrent maintenant en revenir aux bonnes vieilles couches lavables (et donc plus écologiques !), les utilisateurs de Pampers sont encore nombreux.

Tous les langes jetables, quelle que soit leur marque, sont pensés pour améliorer le quotidien des mamans tout en apportant aux bébés un maximum de confort et de sécurité. L’objectif de Pampers, par contre, est de se démarquer en optimisant au maximum les performances et l’utilisation de leur produit en particulier. Chez eux, toutes les couches sont composées d’un châssis en polypropylène et polyéthylène, avec en son sein un cœur absorbant et des billes de cellulose.

Mais les langes Pampers, c’est aussi :

  • Deux barrières antifuites, capables de bloquer les urines
  • D’un voile de surface en polypropylène au contact direct de la peau. Ce matériau a une affinité optimale avec les urines, ce qui permet une absorption maximale.
  • D’une lotion hydratante, qui imbibe ce voile et qui protège les fesses de bébé. Elle est composée de petrolatum purifié (de la vaseline), de stearyl alcohol (un hydratant), de paraffinum liquidium (un protecteur), et d’Aloe Vera (pour une touche de douceur).
  • D’un matelas absorbant conçu pour encapsuler les urines et les selles en profondeur, afin que la peau de bébé reste sèche. Ce matelas est formé de plusieurs feuillets, chacun ayant un rôle spécifique.
    • Le feuillet d’acquisition, en polyester, qui absorbe l’urine très rapidement pour la transférer et éviter que l’urine et les selles ne se mélangent
    • Le feuillet de distribution en cellulose, qui comme son nom l’indique, distribue les fluides dans les parties inférieures. La cellulose utilisée par Pampers est brevetée, et dispose d’une technologie unique qui permet d’attirer l’urine même contre la gravité.
    • Le voile absorbant, qui piège les liquides dans 3 canaux depuis 2013.
    • Le cœur absorbant, composé de polymères super absorbants et de polyacrylate de sodium qui révolutionne le monde des langes jetables. Il permet de retenir jusqu’à un demi litre d’urine !
  • Le voile de rétention : une enveloppe extérieur micro aérée en polyéthylène totalement imperméable, qui laisse passer l’air dans la couche et permet le maintien au sec du postérieur de bébé.

Ce sont ces différents matériaux qui travaillent ensemble pour piéger les liquides indésirables au cœur du produit. Vous connaissez maintenant la composition exacte d’un lange jetable Pampers !

Le scandale

Pour en revenir aux accusations dont a été victime la marque l’année dernière – pour ne mentionner qu’elles -, voici quelques explications. Lors du scandale « 60 millions de consommateurs », en France, des traces de HAP ont été retrouvées à l’intérieur des couches. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’apparemment, ce n’était qu’à hauteur de 0,000000000001% ! Cependant, nos petits belges ont quand même posé quelques questions :

Emmanuelle Bégué, présentée ici, a répondu : « Ces substances ne sont pas ajoutées au produit, il s’agit d’une contamination extérieure environnementale. » En effet cette substance est présente dans notre environnement, il est donc possible d’en retrouver des traces dans la plupart de nos objets du quotidien. « Aujourd’hui il s’agit d’un véritable enjeu de la société, et nous travaillons sans relâche, avec une approche conservatrice, pour en réduire les quantités. » La marque s'est effectivement engagée auprès du journal international de la médecine pour essayer de comprendre et de solutionner ce problème.

Comment assurer la sécurité du produit ?

Les couches jetables pour bébés sont toutes soumises, sans exception, à la Directive Européenne relative à la sécurité générale des produits. Celle-ci interdit l’introduction sur le marché de produits dits « non sûrs ». Il n’existe cependant aucune réglementation précise concernant les langes.

Pourtant, et dans l’optique de fournir un produit de qualité qui respecte bébé, Pampers applique toutes les restrictions qui pourraient être de près ou de loin concernées. Les scientifiques travaillant avec eux consultent les articles de REACH, des diverses autorités de santé et de la Commission Européenne, et en respectent les contraintes. Ils effectuent, au final, toute une série de tests validés par les trois organismes.

Contrôle des matériaux utilisés :

Afin de fournir un service et un produit optimal, toutes les matières premières utilisées dans le centre de Recherche et Développement sont évaluées et contrôlées par des toxicologues dans le respect de plus de 500 restrictions, mais aussi de normes de sécurité internationales strictes, et de principes établis par les autorités de santé. Le but de ces tests ? Vérifier l’innocuité des matériaux.

C’est donc par l’équipe d’Ingrid Klein, toxicologue, que passent toutes les matières premières. Leurs évaluations se déroulent en plusieurs étapes. Il y a notamment des tests dermatologiques, effectués en admettant que tous les composants du lange sont en contact avec la peau et qu’ils pourraient donc la pénétrer. Ces conditions exagérées permettent d’assurer la qualité des tests.

Dans un premier temps, les produits sont évalués sur des adultes ! Sur un total cumulé de 21 jours, les chercheurs testent la réaction allergique et l’irritation de la peau, grâce au contrôle de dermatologues. Après avoir passés les différents tests sur adultes, les produits sont finalement testés sur des bébés.

« Discovery Center » : les familles testeuses

© Procter & Gamble, Schwalbach, Germany

Au sein du centre de Recherche et Développement, il existe un endroit qui sort de l’ordinaire. Le centre de découverte, ainsi nommé, ressemble à une véritable crèche où de nombreux bébés en lange viennent jouer en compagnie de leurs parents.

C’est là que nos confrères ont rencontré Suzanna, qui y effectue des tests d’humidités sur les enfants présents dans le centre.

© Procter & Gamble, Schwalbach, Germany

A l'aide d'un capteur, elle mesure l'évaporation des liquides sur la peau, afin de pouvoir en calculer l'humidité. Elle compare ensuite les valeurs observées sur la peau de la jambe et sur la peau du siège de l'enfant. Pur plus d'efficacité, les tests sont réalisés avant d'enlever la couche.

© Procter & Gamble, Schwalbach, Germany

Lorsque les enfants sont un peu plus âgés, des tests en 3D permmettent d'observer avec exactitude les comportements de fluides dans le lange et de continuer d'améliorer le produit.

© Procter & Gamble, Schwalbach, Germany

Au total, plus de 100 études sont effectuées sur les matières premières et la qualité des langes Pampers. Ces tests sont confirmés par OEKO-TEX Standard 100 pour toute la gamme Pampers Baby Dry. C’est ainsi que les produits Pampers sont garantis sans agent blanchissant, sans latex en caoutchouc et ne comportent aucun des 26 allergènes listés par la Commission Européenne.

Actuellement, et avec sa volonté de rassurer les parents et de fournir un produit plus sain, Pampers travaille sur l’expansion du Standard 100 d’OEKO-TEX pour tous leurs langes.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

La semaine prochaine, retrouvez nous et découvrez à nos côtés comment réduire le risque de « fesses rouges », ainsi que des explications sur le recyclage des langes !