Le bec de lièvre ou fente labio-palatine chez bébé : faut-il opérer ?

Un bébé sur mille nait avec une fente labiale : elle se traite en général très bien grâce à une opération chirurgicale bien maîtrisée.

Le bec de lièvre ou fente labio-palatine chez bébé : faut-il opérer ?

La fente labio-palatine, communément appelée "bec de lièvre" n’a pas de cause précisément identifiée. Le bec de lièvre une malformation qui se caractérise par une fissure de la lèvre supérieure due à un défaut de soudure lors du développement de l'embryon. De plus, il est courant que les deux parties du palais ne soient pas bien soudées non plus.

En moyenne, un bébé sur mille naît avec un bec-de-lièvre et un palais fourchu. Dans un tiers des cas, ces fissures sont visibles de l'extérieur. Elles vont d'une simple encoche sur la lèvre supérieure jusqu'à une fissure qui peut atteindre le nez. Moins souvent, la fissure ne se voit que lorsque l'enfant ouvre la bouche. Le voile du palais et la luette sont aussi fissurés.

L’enfant qui présente cette malformation a des difficultés à avaler. Il existe des tétines spéciales qui aident à avaler. Une alimentation précoce à la petite cuillère permet de retarder l’intervention chirurgicale jusqu’à atteindre les conditions optimales. L’opération s’effectue entre le troisième et le sixième mois de vie, elle lui rend son aspect normal.

Quant aux fissures du palais, elles se ferment généralement avant que l’enfant n’ait atteint l’âge d’un an.

La cause précise des fentes labio-palatines, plus communément appelées bec de lièvre (terme à bannir car il ne fait qu’accroître le désarroi des parents), est inconnue. Ces malformations seraient dues à une atteinte de l’embryon entre la 7ème et la 12ème semaine de la grossesse, couplée à un défaut de séparation des cavités nasales et buccales. Elles constituent une épreuve pour de jeunes parents mais il faut, à tout prix, éviter de dramatiser puisque cette malformation, bien qu’impressionnante, peut aujourd’hui être corrigée presque à la perfection.

Cette anomalie n’est pas héréditaire. Cette anomalie reste isolée dans une famille, le risque de récurrence pour les frères et sœurs et cousins à naître étant de 3%.

Il existe plusieurs types de fentes labiales en fonction desquels varient l’ampleur et les résultats du traitement. En ce qui concerne les formes simples, l’intervention chirurgicale donne des résultats parfaits. Pour les formes totales, le traitement est beaucoup plus complexe et la chirurgie ne constitue qu’un élément du traitement. Il faut également recourir à l’orthodontie, la rééducation phonétique, la surveillance ORL, le tout suivi par une équipe jusqu’à l’âge de 15-16 ans.