Vous buvez un peu, il boit beaucoup : la campagne coup de poing de Santé publique France

Pour la journée mondiale de sensibilisation au syndrome d’alcoolisation fœtale du 9 septembre, les autorités sanitaires livrent des affiches chocs et des pourcentages inquiétants sur l’ignorance des français.


Vous buvez un peu, il boit beaucoup : la campagne coup de poing de Santé publique France

Une situation alarmante

Selon une étude réalisée par BVA pour Sante publique France en juin 2015 auprès de 1005 personnes âgées de 15 ans et plus, seuls 25% des Français affirment que la consommation d’alcool pendant la grossesse est dangereuse pour l’enfant. 18% d'entre eux pensent qu’une femme enceinte peut boire quelques gorgées d’alcool de temps en temps sans prendre de risque pour son bébé et 37% estiment que les risques apparaissent pour le bébé seulement à partir d’une consommation quotidienne d’alcool.

"Zéro alcool pendant la grossesse"

Il est essentiel de rappeler que l’alcool est toxique pour le fœtus et peut entraîner diverses complications (retard de croissance, atteintes du système nerveux central, malformations…), dont le syndrome d’alcoolisation fœtale est la forme la plus grave. Si vous découvrez votre grossesse et que vous avez consommé de l'alcool pendant les premières semaines, n'hésitez pas à en parler avec votre médecin généraliste, gynécologue ou sage-femme.

Problème d’alcool pendant la grossesse, demandez de l’aide à Alcool Info Service

Vous pouvez contacter Alcool info service au 0 980 980 930, 7 jours sur 7, de 8h à 2h du matin (appel anonyme et non surtaxé) pour en parler à des spécialistes ou poser vos questions, chatter, échanger sur des forums sur www.alcool-info-service.fr.

Images : journaldesfemmes.com