Le Siamois humain : qu'est-ce que c'est et comment cela s'explique-t-il ?

Le Siamois humain est une malformation des jumeaux. Mais quelles sont les causes de ce phénomène ? On vous donne quelques explications.


siamois humain

Le Siamois humain : qu'est-ce que c'est ?

Des Siamois sont des jumeaux avec une malformation. En effet, le Siamois humain désigne des jumeaux qui sont "attachés". C'est une fusion qui entraine le retard de la division des embryons. Les deux cellules ne se détachent pas comme elle devraient lors de leur gestation. Les Siamois ne représentent pas une anomalie génétique mais une erreur de développement.

Il existe différents genres de Siamois :  

  • les thoracopages : union au niveau du thorax
  • les rachipages : unis au niveau du dos
  • les pygopages union qui se fait de la partie inférieure du bassin
  • les céfalopages , unis au niveau de la tête
  • les craniopages  : ils ont une boîte crânienne commune.

Il est possible que l'un des deux jumeaux ait des organes plus développés que l'autre, cela s'appelle des "asymétriques". Ainsi, dans ce cas, le plus petit, puise ses réserves à l'aide des organes de l'autre pour survivre.

Le Siamois humain reste un phénomène rare et aucune théorie scientifique n'explique réellement la cause de cette mutation.

Remarque : on observe une majorité de garçons qui sont touchés par le phénomène des Siamois.

Est-il possible de séparer un Siamois humain ? 

Oui, il est possible de séparer des jumeaux Siamois. On réalise de nos jours, des opérations, qui sont un vrai succès.

Cependant, avant de réaliser une séparation, il faut faire de nombreux examens pour voir les organes de chaque enfant.

Dans les cas des "asymétriques", il faut faire attention car le plus petit des deux a moins de chance de survivre si on les sépare. C'est donc une décision très difficile à prendre en tant que parent.

Si les siamois ne sont pas "asymétriques" mais "symétriques", cela peut être difficile de les séparer, car comme nous l'avons évoqué précédemment, les enfants se partagent un ou plusieurs organes. Ils ont donc une chance de ne pas survivre après l'opération visant à les séparer.