La scarlatine : savoir reconnaître les symptômes

La scarlatine est une maladie répandue même si ses formes sévères se font plus rares. Il est pourtant important de la traiter rapidement.


La scarlatine : savoir reconnaître les symptômes

La scarlatine a longtemps été une maladie redoutée. Aujourd’hui, même si aucun vaccin n’est disponible pour se protéger contre ce germe, le streptocoque hémolytique,  cette maladie infectieuse effraie moins. Elle reste pourtant relativement fréquente et il est important de la savoir repérer afin d’éviter toute complication.

Les symptômes de la scarlatine

Le premier signe qui doit vous alerter est une fièvre très importante. Des vomissements, d’importants maux de gorge peuvent accompagner la hausse de température. Et d’une façon générale, votre enfant se sent vraiment mal.

Sa langue est blanche. Il est fréquent qu’il refuse de manger, voire de boire, tout simplement parce que sa gorge le fait souffrir. Celle-ci est d’ailleurs très rouge. Par la suite, son corps se couvre de boutons rouges : lorsque vous touchez la peau de votre petit, vous aurez la sensation qu’elle est granuleuse.

Si l’éruption est importante, il se peut que votre petit dise qu’il a trop chaud et que sa peau le démange. Les boutons se concentrent dans les plis de l’aine, le coude et le visage peut légèrement gonfler. Au bout de quelques jours, la langue devient rouge et lisse.

Comment traiter la scarlatine ?

Un traitement d’une dizaine de jours sera prescrit par le médecin de votre bambin. Cette maladie infectieuse est très sensible aux antibiotiques et à la pénicilline. Au bout de quelques jours, la peau va peler, surtout sur les mains et les pieds. Il arrive parfois que ce signe distinctif alerte les parents a posteriori.

Aucune précaution alimentaire n’est à prendre et votre petit bout reprendra ses activités dès que la fièvre sera tombée et que le mal de gorge aura disparu, même s’il ne pourra pas retourner  à la crèche ou à l’école immédiatement.

Quelles précautions prendre face à la scarlatine ?

Un cas de scarlatine à la maison ? Il faut traiter toute la fratrie, voire les parents s’ils n’ont jamais été touchés par la scarlatine. Le streptocoque hémolytique peut en effet être responsable des néphrites et de rhumatisme articulaire aigu. Il est donc important d’éviter toute complication.

Le streptocoque hémolytique est un germe très répandu et il n’est pas rare qu’un enfant enchaine plusieurs cas de scarlatine, sans qu’il y ait lieu de s’inquiéter.