La migraine : les maux de têtes du tout petit

Les bébés aussi ont parfois des migraines. Et il est souvent difficile de les identifier et d’en trouver la cause.


La migraine : les maux de têtes du tout petit

Il n’y a pas que les adultes qui subissent les assauts des migraines. Les bébés aussi ! La migraine se caractérise par de violentes céphalées devant, sur le côté du crane ou derrière les yeux. La douleur « lance ». Elle s’accompagne de symptômes secondaires comme des maux de ventre, des nausées, des vertiges, des troubles visuels ou encore une sensibilité extrême à la lumière.

Comment repérer une migraine chez un bébé ?

Evidemment, chez bébé, la migraine est plus difficile à identifier que chez l'adulte. Quelques signes doivent vous alerter : les pleurs bien sûr, la pâleur de bébé. L’enfant est inactif, il peut se cogner la tête ou se la taper. Il voudra dormir ou se reposer dans un environnement sombre.

Les causes des migraines

Difficile d’établir la cause exacte des migraines. Le caractère héréditaire ne fait pas de doutes. Une émotion forte, un conflit, un stress important peuvent aussi provoquer une migraine, mais également les écarts alimentaires, le bruit, la faim, le manque de sommeil…

D’autres causes peuvent venir expliquer ce problème : les troubles de la vue, les sinusites ou un abcès dentaire. Pensez-y !

Comment soulager bébé ?

Il faut lui créer un environnement sombre et propice au repos. Le médecin conseillera ensuite un traitement à base d’anti-inflammatoires et d’anti-douleurs. L’idéal est ensuite de déterminer l’élément déclencheur pour éviter une nouvelle crise, que ce soit un facteur matériel (faim, manque de sommeil) ou psychologie (conflit, stress, angoisse…).

Si les migraines se répètent fréquemment, un examen approfondi du cerveau sera effectué pour s’assurer qu’elles ne cachent pas un problème plus sérieux.

Rassurez-vous toutefois : ce n’est pas parce que bébé est sujet à des migraines que ce problème l’accompagnera pendant toute sa vie d’adulte. Il arrive souvent que les migraines disparaissent à l’adolescence.