Famille recomposée: la place du beau-père et de la belle-mère

Au fil du temps, le phénomène des familles recomposées est devenu quelque chose de très banal. C’est l’occasion de s'interroger sur le rôle du beau-père et de la belle-mère, un rôle pas toujours simple à assumer.


Beau-père belle-mère

Devenir beau-père ou belle-mère

Personne ne naît beau-père ou belle-mère, de même qu'on ne devient pas beaux-parents en refaisant sa vie avec quelqu'un d'autre. Ce sont le temps et les habitudes qui instaurent le statut de beau-parent.

La cohabitation marque souvent un vrai début en tant que beau-parent. En effet, c'est lorsqu'on partage des choses de la vie quotidienne qu'on acquière ce statut : partager un petit-déjeuner, donner le bain, changer l'enfant...

L'important dans cette situation est de prendre et de donner le temps à tout le monde, d'accepter l'existence d'une famille recomposée. Et cela inclue les frustrations et les non-dits. Il faut savoir aussi accepter la tristesse affichée de l'enfant, la culpabilité, les remords de la vie passée, pour pouvoir avancer et se reconstruire.

Trouver sa place dans la famille recomposée

La place des beaux-parents est complexe à déterminer : deviennent-ils parents par substitution ? Deviennent-ils un troisième parent ? Ou n'ont-t-il pas du tout le rôle de parent ? Autant de questions auxquelles il est difficile de répondre avec assurance.

Dans la plupart des cas, il ne s'agit pas de "remplacer" le parent. Le beau-père (ou la belle-mère) doit trouver sa place à lui qui sera plus ou moins proche de l'enfant selon son degré d'investissement et l'appréciation de l'enfant envers ce dernier.

De fait, il peut très bien prendre une place parentale à part entière, c'est-à-dire en s'impliquant dans le quotidien de l'enfant avec le conjoint.

Lorsque le parent manquant décède il peut prendre la place de ce parent, Ceci arrive surtout lorsque les enfants sont petits.

Un rôle difficile à assumer

Hormis l'acceptation par l'enfant, les beaux-parents peuvent se heurter aux hostilités des grands-parents, de l'ex-femme (ou ex-mari)... Il peut en effet être vu comme le "voleur d'enfant", la personne qui vient tout chambouler et a donc le mauvais rôle.

C'est pourquoi le soutien du conjoint est primordial. C'est ce dernier qui est à l'origine du rôle de beau-parent et c'est lui qui autorise le beau-père ou la belle-mère à assumer ce rôle auprès de son ou ses enfants. La confiance et le soutien qu'il vous accorde sont la clé de l'acceptation.