Coup de chaleur de bébé : le repérer et agir

Un coup de chaleur arrive plus vite qu’on ne le croit. L’été, les parents doivent être capables d’en repérer les premiers signes et d’apporter les premiers gestes de secours.

Coup de chaleur de bébé : le repérer et agir

Plage, jeux d’extérieur, embouteillages… En plein cœur de l’été, nul enfant n’est à l’abri d’un coup de chaleur. D’où la nécessité de savoir en repérer les symptômes. Le coup de chaleur, appelé aussi l’hyperthermie, est dangereux : il peut être à l’origine d’une urgence vitale. Quelques gestes simples, accessibles à tous, permettent d’éviter le pire.

Chez les bébés et les enfants en bas âge, il est évidemment plus difficile de diagnostiquer une hyperthermie, dans la mesure où les tout petits n’ont pas encore la parole pour se plaindre. Pourtant, quelques signes doivent alerter les parents : une peau rouge, chaude, sèche, des maux de tête, une soif persistante, un pouls rapide ou au contraire faible, des vomissements ou des étourdissements, des confusions, une perte de connaissance ou des convulsions… Un ou plusieurs de ces symptômes doivent tirer chez un parent attentif la sonnette d’alarme : votre petit est peut-être en train de faire une hyperthermie.

D’autres signaux peuvent se manifester chez les enfants. Les parents connaissent bien le comportement de leurs rejetons. Un enfant qui agit de façon étrange inquiètera ses proches. Si celui-ci pleure de façon inhabituelle, s’il est particulièrement fatigué, abattu ou s’il a les yeux cernés ou les pupilles dilatées, s’il ne transpire pas et a la langue sèche et enfin si un pli cutané se forme quand on le pince doucement, il n’y a pas de doute à avoir. Votre petit est victime d’hyperthermie.

Des gestes simples pour sauver une vie

Le premier des réflexes est de garder à l’esprit qu’il peut s’agir d’une urgence vitale : il convient donc d’appeler immédiatement les secours. En attendant leur arrivée, il faut mettre le bébé dans un lieu frais, le déshabiller et l’allonger. Des serviettes humides mais pas glacées posées sur l’ensemble du corps et sur le visage permettront de le rafraîchir. On peut aussi lui faire un peu d’air mais ne jamais lui donner de l’eau ou un bain glacés. Si la petite victime est consciente et ne vomit pas, un peu d’eau fraîche (mais non glacée) lui fera du bien. S’il a perdu connaissance, la position latérale est idéale en attendant l’arrivée des médecins.

Mais mieux prévenir que guérir ! Pensez à faire boire votre enfant régulièrement, à l’habiller de manière légère et de couleur claire. Et surtout, il ne faut jamais l’exposer au soleil ou le laisser seul ne serait-ce quelques minutes dans une voiture.