Pré-ado, elle sèche les cours : que faire ?

Brosser, sécher, décrocher... Autant de mots qui révèlent une même réalité: le décrochage scolaire. Que faire si votre pré-ado s'absente régulièrement des cours ?

Pré-ado, elle sèche les cours : que faire ?

Brosser, sécher, décrocher... L'absentéisme à l'école est un phénomène réel. De plus en plus fréquent. A tel point qu'il touche même votre fille. Comment réagir en apprenant son absence régulière à certains cours ?

Pas de panique ! Tout d'abord, il y a autant de types d'absences que de brosseurs ! Prenons l'exemple de ces élèves qui choisissent de sécher le cours de gym pour pouvoir réviser à la bibliothèque l'interrogation de français prévue à l'heure suivante. D'autres préfèrent sécher le cours de maths parce qu'ils n'aiment pas le professeur (« Il lit seulement ses notes et explique mal »),... Ce sont là les causes les plus courantes de l'absentéisme.

Parfois, ce sont même les parents qui cautionnent ce genre de comportement en suggérant à leur progéniture de privilégier le cours de géo au détriment de celui d'éducation physique ou encore en l'autorisant à ne pas aller à l'école tel jour pour réviser davantage le test de français du lendemain.

Une autre forme d'absentéisme, plus grave celle-là, existe également. Chez certains jeunes, l'isolement, le manque d'amis le poussent au décrochage. Traduisant un profond malaise de l'élève et la présence chez lui de troubles psychologiques importants (angoisse, stress, déprime, manque d'estime de soi, etc.), le décrochage manifeste alors un moyen de fuir une réalité scolaire qu'il ne supporte plus...

A côté de ce jeune en démobilisation scolaire, coexiste, selon certaines études, un élève en « décrochage amical » : des pairs, dans la même situation que le jeune, c'est-à-dire souvent en manque de soutien familial, vont le pousser à sécher les cours. Cet absentéisme-ci se définit alors par une dimension collective et plaisante : ensemble, on brosse pour mieux s'amuser. Souvent, des comportements à risques (alcool, drogue, vol, ...) se développent alors.

Quel que soit le type de décrochage, on remarque avant tout la fragilité des jeunes : problèmes de santé, échec scolaire, influence de pairs déviants, sentiment de mal-être représentent autant de facteurs fragilisants pour un élève. Face à cela, l'intégration familiale se fait cruciale : un encadrement efficace de la part de parents permet de mettre un terme au « brossage ».

Soyez donc à l'écoute le plus possible. Tout d'abord, cela vous permettra de repérer les premiers signes de malaise chez votre enfant, annonciateurs d'un comportement atypique. Une tendance à sécher les cours, particulièrement pendant la pré-adolescence (ou l'adolescence) peut dissimuler une dépression ou un profond ennui chez un élève intellectuellement précoce.

Exercez un rôle actif dans la scolarité de votre enfant. Faites en sorte de rencontrer ses professeurs lors des réunions prévues à cet effet, de même que le directeur d'établissement qui fait respecter la discipline dans son école.

Vous cautionnez, ou tout au moins tolérez, l'absentéisme de votre enfant ? Pourtant, à l'école, chaque matière du programme est utile au bon déroulement de la scolarité des élèves, ou au minimum, à leur culture générale. Même si la gym vous semble superflue, elle contribue à l'épanouissement de votre pré-ado.

Enfin, si vous passez outre le fait que votre pré-ado sèche les cours,interrogez-vous : « Pourquoi fais-je cela ? », « Est-ce que cela m'arrange ? », « Est-ce que cela me permet de vivre indirectement l'école buissonnière à laquelle je n'ai jamais eu droit ? ». Ce questionnement vous permettra de remettre en question votre attitude.