Mon enfant a un ami imaginaire, est-ce normal ?

Alors que vous alliez passer à table, votre enfant vous demande de mettre une assiette supplémentaire pour son nouvel ami ? Vous l’entendez parler à quelqu’un dans sa chambre mais il est tout seul ? Votre enfant a sans aucun doute un ami imaginaire. Comment réagir face à ça ? 


Mon enfant a un ami imaginaire, est-ce normal ?

A quel âge l’ami imaginaire va-t-il apparaitre ?

Vers l’âge de trois ans, lorsque l’enfant commence à s’ouvrir doucement au langage et à l’imagination, un ami fictif peut voir le jour. Cependant, ce n’est que vers l’âge de 5-7 ans que les enfants ont généralement un ami imaginaire.

Chez les adolescents, ce phénomène est plutôt rare. Par contre, chez les adultes, ce phénomène est quasi inexistant.

A quoi ressemble-t-il ?

Difficile à dire puisque vous ne le voyez pas ! Seul votre enfant connait exactement son apparence. L’ami imaginaire peut prendre n’importe quelle forme. Tout dépend de l’imagination de votre enfant.

Un ami universel ?

Tout dépend de la culture du pays. Par exemple, aux Etats-Unis, environ 65% des jeunes enfants ont un ami fictif. Là-bas, le fait d’avoir un copain imaginaire est signe de bon développement cognitif. Le sujet revient d’ailleurs régulièrement dans la culture américaine que ce soit à la télévision ou dans les films.

A contrario, en Europe, certains spécialistes de la petite enfance jugent que ce phénomène n’est pas normal. Il pourrait même révéler des troubles psychologiques chez l’enfant.

Quelle est l’utilité d’un ami imaginaire ?

L’ami fictif peut être comparé à un doudou imaginaire pour les enfants. Donald Winnicott, pédiatre et psychanalyste britannique, a étudié l’intérêt du doudou chez les jeunes enfants. Il en ressort que celui-ci leur permet de mieux appréhender la séparation maternelle et familiale. Le doudou, en plus d’être un véritable confident, permet également d’apaiser l’enfant.

Au même titre que le doudou, l’ami imaginaire est un être réconfortant pour l’enfant. C’est pourquoi, il aura tendance à « l’emmener avec lui » s’il doit par exemple aller à l’hôpital ou bien aller faire pipi tout seul dans la nuit.

De plus, l’ami imaginaire commence à apparaitre lorsque l’enfant dit non à tout (vers 2-3 ans). C’est une aussi une façon pour lui de s’affirmer.

Que faire ?

Vous devez accepter le fait que votre enfant ait un ami fictif tout en instaurant des limites. Hors de question que cet ami devienne envahissant. Si votre enfant refuse de manger ou commence à faire des caprices parce que son « ami imaginaire le lui a demandé », il faut dire stop tout de suite ! Vous devez alors expliquer à votre enfant qu’au final, c’est vous qui décidez. Le plus important dans l’histoire est que cet ami fictif n’ait pas un impact négatif sur votre enfant.

 

Photo : http://www.femmeactuelle.fr/