Traitée de « mauvaise mère », cette sportive dénonce le mom-shaming

Encore une fois, c’est via Instagram que le buzz se propage : lassée d’être traitée de mauvaise mère, Sia Cooper nous délivre un message inspirant où elle encourage les mamans à être fières de leurs différences, et à arrêter le mom-shaming !


Traitée de « mauvaise mère », cette sportive dénonce le mom-shaming

Babyfrance vous en parlait il y a quelques semaines, il faut un village pour élever un enfant, et le mom-shaming complique encore la tâche de toutes les mamans. Cette manière de critiquer ou rabaisser une mère parce que ses choix concernant l’éducation de ses enfants ne correspondent pas à l’idée qu’on a de la bonne manière de faire … Et bien ça n’aide personne.

Sia Cooper, instagrameuse, maman et coach sportive à la fois, en a fait les frais. Sur ses différents posts, de nombreux internautes profitaient de leur anonymat pour dénoncer le moindre de ses faits et gestes. « Tu es trop musclée pour une femme enceinte. » « Tu fais trop de sport ! » « On voit tes abdos, ce n’est pas normal ! » « Tu laisses tes enfants faire ça ? » … La liste est longue, et la jeune femme a donc décidé de réagir à travers plusieurs posts où elle s’auto-proclame « bad mom » (mauvaise mère).

« Si j'avais eu une pièce à chaque fois qu'on m'a traitée de mauvaise mère, je serais riche. Cela semble impossible aujourd'hui d'être une bonne mère, politiquement correcte. Tout le monde nous juge tout le temps. On m'a traitée de mauvaise mère quand j'ai fait du sport pendant ma grossesse, fait du sport après... Quand j'utilise des produits en conserve, ou dans des boites en plastique, parce que j'ai des piercings et des tatouages, parce que je bois du vin de temps en temps, parce que je laisse mes enfants se servir d'écrans, parce que je leur donne parfois du sucre et des fast foods, parce que je gère mon entreprise, parce que je fais parfois du co-dodo, parce que j'ai une passion et que je prends du temps pour moi ... Les vraies mauvaises mères sont celles qui passent leur temps à juger les autres. On est toutes dans la même course, et on fait toutes de notre mieux. »

« (…) Là où je veux en venir ici, c’est que tu ne peux pas plaire à tout le mondeLes autres mamans sont les PIRES ! Tu pourrais croire que les mamans vont se soutenir les unes les autres à la place de se déchirer et de se juger. (…) Si une autre maman ou une autre personne veut m’appeler « mauvaise mère » - égoïste, futile, n’importe quoi – pour faire passer ma santé avant tout et pour avoir des abdos, alors allez-y ! Je vous encourage toutes à être fières de ce pourquoi on vous appelle une mauvaise mère. Et aux haineux, vous pouvez embrasser mes abdos ! Être une mère n’est pas facile, et il n’y a pas de mauvaise manière d’être un parent SI tes enfants sont aimés, en bonne santé, et si on prend soin d’eux. »

Enfin, son dernier post – datant d’hier – concerne les mères au foyer. « Parlons des mères aux foyers. On m’a dit que je ne faisais rien quand je restais à la maison, et que les mères au foyer étaient fénéantes et inutile. Les personnes qui font ce genre de commentaires sont des mères – ou non – qui travaillaient en dehors de la maison. Maintenant, parlons des travailleuses et de comment elles sont appelées mauvaises mères pour avoir choisi de gagner leur vie en dehors de la maison pour sustenter leur famille. Il semble qu’aucune maman ne peut gagner ici ! Tu es condamnée si tu choisis de rester à la maison et d’élever tes enfants, et tu es condamnée si tu décides d’avoir une carrière. (…) »

Et Sia a tout à fait raison. On ne saurait insister assez sur le fait qu’être un parent est difficile, et que nous devrions nous soutenir dans cette tâche plutôt que de se tirer dans les pattes. Car oui, messieurs, les papas sont touchés également par cette vague de haine. Alors dites, et si on arrêtait ça ?!

Pour voir l’intégralité des messages de Sia, c’est sur son compte Instagram que ça se passe !

Pour voir le second compte qu’elle a créé, en l’honneur des « bad moms », c’est par ici !

Et pour relire notre article précédent sur le mom-shaming, cliquez ici !

 

 

© crédit photos : Sia Cooper sur Instagram