Les maux de la préadolescence

Sans cesse fatigué, complètement amorphe, l'état de votre préado vous préoccupe ? Ne vous inquiétez pas plus que ça, cela fait partie des désagréments de la préadolescence.

 


préadolescence

Les conséquences de la préadolescence

Le manque d'énergie ou les rapports d'opposition (les fameux "clash") sont des maux fréquents durant la préadolescence (et à l'adolescence itou)... Vous en savez quelque chose, car nous sommes tous passés par là : une période ingrate et pas marrante, en particulier pour les enfants.  Les douleurs corporelles telle que la fatigue physique ne sont pas feintes et parfois exacerbées durant la puberté.

Avant tout d'origine biologique, cette fatigue est parfaitement naturelle. La poussée hormonale et la croissance de l'enfant requièrent la mobilisation d'une grande quantité d'énergie eu égard à son corps. Cela entraîne une sensation de fatigue perpétuelle, responsable de ce qui vous semble être un simple état de paresse.

A la puberté, les "jérémiades" de votre préado sur des douleurs corporelles vont bon train. Et on a tendance à penser, à tort, que son insatisfaction ainsi exprimée est une façon de se rendre intéressant. En effet, c'est aussi une période où l'enfant n'en est plus vraiment un, et ressent le besoin de souffler, de s'affirmer, d'échapper à l'emprise que ses parents exercent sur lui.

Ces irritations répétées, ces frustrations ponctuelles et son corps qui pousse simultanément rendent votre gamin morose et un poil "mollasson". On appelle cet état le blues de l'ado (et du préado), signe à la fois d'un malaise physique et d'une tension psychique. Prêtez-y attention, et montrez-lui de la compréhension.

Il se plaint de fatigue

La fatigue du préado peut, en outre, être due à une mauvaise hygiène de vie ou à des facteurs environnementaux. Votre enfant passe des heures devant des jeux vidéos, sur la console ou derrière son écran d'ordinateur ?' Il s'alimente mal ou ses repas sont fortement déséquilibrés ? Il consomme trop de sodas pour le booster en période d'examens ? Ne cherchez pas midi à quatorze heures. Votre gamin est réellement fatigué.

Ces « coups de pompe » disparaîtront une fois qu'il aura régulé son mode de vie et « corrigé » certaines mauvaises habitudes. Par ailleurs, de bonnes nuits de sommeil, loin des écrans et du smartphone, répareront quelque peu son organisme. Si, en revanche, cette fatigue persiste, qu'elle ne s'atténue pas malgré le repos, elle peut être révélatrice d'une maladie (dépression, anémie, ...).

Il est de fait important que les parents recherchent les causes de son état "végétatif". Soyez à l'écoute de votre gamin, ne sous-estimez pas ses SOS, et accordez une attention accrue (mais discrète) à ses centres d'intérêt. Par ailleurs, l'avis d'un médecin n'est jamais une mauvaise idée...

Bon courage !