Eczéma enfant : toutes les informations sur l'eczéma atopique

L'eczéma chez l'enfant, atopique, touche 2 à 4 % des moins de 5 ans. Il s’agit d'un eczéma particulier par sa topographie et son évolution.


eczéma enfant

Les symptômes de l'eczéma chez l'enfant

L’eczéma atopique débute chez l'enfant après 3 mois et avant 2 ans. Les joues de l’enfant deviennent sèches et rêches. Le nez et le menton sont en général indemnes. L’enfant est démangé au niveau des plis : genoux, coudes, derrière les oreilles, etc. Le nourrisson est en bon état général, n’a pas de fièvre et mange bien.

Avec le traitement, la rémission est obtenue en une dizaine de jours. Plusieurs stades se succèdent : les lésions s'assèchent, l’eczéma devient squameux, puis on voit apparaître un épiderme lisse et enfin la peau reprend son aspect normal. La rémission peut être complète ou laisser une petite lésion comme par exemple une fissure derrière le pli de l’oreille ou un médaillon squameux. La durée des rémissions est très variable, de quelques semaines à quelques mois. Les rechutes surviennent sur un mode inflammatoire et suintant, annoncé par un prurit. Au niveau des plis, la répétition des poussées finit par laisser une peau brillante. Les poussées d’eczéma sont parfois déclenchées par des infec­tions dentaires, des diarrhées ou des rhinopharyngites.

La xérose cutanée explique l'aspect rugueux de la peau. Une kéra­tose pilaire des bras et des cuisses est souvent notée, de même que l’ichtyose vulgaire. La peau autour des lèvres est sèche.

D'autres symptômes traduisent des altérations des fonctions de la peau : pâleur du visage, dermographisme, crises de sudation intense, conjonctivites récidivantes, etc. Il faut savoir qu'une rechute peut survenir dans les 5 ans qui sui­vent et qu’une manifestation d’allergie respiratoire (asthme, rhi­nite, etc.) survient dans au moins 10 % des cas.

À quoi cela est dû ?

Les modalités de transmission génétique sont mat connues, mais des antécédents familiaux sont retrouvés dans 70 % des cas.

Le terrain « atopique » héréditaire se caractérise par la coexis­tence, chez un même enfant mais à des âges différents, d'affec­tions qui se succèdent : eczéma constitutionnel, asthme, rhume des foins, urticaire, etc.

Il est important de ne pas confondre l'eczéma avec une maladie de Leiner-Moussous, différente par l'âge d'apparition, l'absence de prurit et la topographie bipolaire des lésions : tête et siège. Ne prenez pas non plus pour de l’eczéma les dermites d'irritation dues aux couches, aux vêtements ou aux chaussures.

L'eczéma peut être encore confondu avec une dermite sébor­rhéique qui, pourtant, est facile à distinguer puisque son appari­tion est plus précoce et qu'elle atteint les plis du visage et le cuir chevelu. Elle se traduit par des rougeurs couvertes de squames grasses non prurigineuses.

Cette affection peut toutefois annoncer une dermatite atopique et seule l'évolution permet de faire le diagnostic.

Les soins

Evitez les allergènes responsables si vous les avez dépistés, bannissez le percement des oreilles et le port de bijoux fantaisie (allergie au nickel, etc.) ; chassez les acariens ; éliminez les vête­ments en laine et choisissez des sous-vêtements en coton ; n’uti­lisez pas d’assouplisseur pour le linge.

Hydratez la peau de l’enfant afin de corriger la sécheresse cutanée. Les émollients reconstituent le film hydrolipidique à la surface de la peau des atopiques. Utilisez-les sur les zones de peau sèche et sur les zones d'eczéma en voie d'amélioration. Cer­tains émollients sont aussi kératolytiques mais peuvent être irri­tants chez l'enfant s'ils contiennent de l'urée.

Le bain quotidien est indispensable dans une eau tiède à 36°C. L’eau chaude aggrave le prurit. Préférez, pour la toilette de votre bébé, un pain surgras au savon. Rincez l’enfant soigneusement après le bain en évitant la serviette, qui augmente le prurit. Tam­ponnez la peau et effectuez les soins sur des téguments encore humides.

Désinfectez sa peau régulièrement par des bains de permanganate de potassium dilué au 1/10 000e (soit un sachet de 0,5 g pour 5 litres d'eau) ou des antiseptiques trans­parents dilués.

Les remèdes homéopathiques sont une solution de traitement.

Les complications

Le risque principal est la surinfection. L’eczéma devient purulent, streptocoques et staphylocoques sont les germes les plus sou­vent en cause. Ces bactéries peuvent ensuite être responsables d'affections graves. Les molluscum contagiosum et les verrues vulgaires sont très fréquentes sur ce terrain. Les complications des traitements par corticoïdes mal conduits sont également à craindre dans cette maladie.