Pipi au lit ou énurésie : qu’est-ce que c’est ? Faut-il s'inquiéter ?

Le problème du "pipi au lit" est fréquent et peut être la manifestation d’une angoisse pour votre enfant. Comment l’aider au mieux ?


Pipi au lit
Sommaire
  1. L’énurésie ou « pipi au lit », qu’est-ce que c’est ?
  2. Les différents types d’énurésie
  3. Les causes possibles du pipi au lit
  4. Adopter une attitude positive
  5. Les traitements possibles
  6. Nos solutions : les petits plus qui l'aiderons !

Touchant 6 % des enfants de 6 à 10 ans, l'énurésie (ou le « pipi au lit ») peut avoir des répercussions sur la vie familiale et sociale de l'enfant.

L’énurésie ou « pipi au lit », qu’est-ce que c’est ?

Le " pipi au lit" ou énurésie atteint plus fréquemment les garçons que les filles. Il s’agit d’une miction (action d'uriner) active, complète, inconsciente et involontaire, se produisant pendant le sommeil, que ce soit la nuit, le jour ou au cours d'une sieste.

On parle d'énurésie uniquement à partir de 5 ans, l'âge auquel le contrôle physiologique de la vessie est acquis. Dans la très grande majorité des cas, cette forme d'incontinence n'affecte que les jeunes enfants, mais elle peut persister jusqu'à l'adolescence chez certains.

Les différents types d’énurésie

  1. L’énurésie primaire : On parle d'énurésie primaire lorsque l'enfant n'a jamais connu une période de propreté nocturne plus de 6 mois consécutifs.

  2. L’énurésie secondaire : Cette forme d’énurésie concerne les enfants de plus de 5 ans, qui commence à faire pipi au lit régulièrement, après avoir connu une période de nuits sèches de plus de 6 mois consécutifs.

En général, les causes sont d’ordre psychologiques, liées à des événements qui pourraient avoir perturbé le quotidien de l'enfant (problèmes familiaux, déménagement, rentrée scolaire, arrivée d'un petit frère ou d'une petite sœur ou dodo à l'extérieur du cercle familial...).

En revanche, il arrive parfois que les causes soient médicales et signifie le début d'un diabète, d'une infection urinaire (cystite...) ou d'un trouble rénal. Dans ce cas, n’hésitez pas à consulter votre médecin traitant au plus vite.

Dans ces deux cas, on distingue l'énurésie :

  • Totale : il urine toutes les nuits.

  • Intermittente : des petits accidents qui ne surviennent qu'à certaines périodes.

  • Episodique : surviens de façon exceptionnelle au cours de maladies, de séparations, d'événements familiaux importants, etc.

Les causes possibles du pipi au lit

Plusieurs causes peuvent expliquer l'énurésie. Selon le cas, elles sont isolées ou associées. Le facteur psychologique intervient surtout dans le cas des énurésies secondaires. Primaire

  • Hérédité : lorsqu'un des parents a souffert d'énurésie, l'enfant est énurétique dans 44 % des cas.

  • Trouble hormonal : il se peut que la cause vienne d'un retard de maturation du cycle jour-nuit de sécrétion de l'hormone antidiurétique, qui gère la production d'urine.

  • Difficulté à se réveiller : ils n'ont pas forcément un sommeil plus profond que les autres. Mais ils se réveillent plus lentement, et quand ils sentent que leur vessie est pleine il est parfois trop tard. Très souvent, l’enfant rêve qu’il va aux toilettes dans son rêve.

  • Immaturité vésicale : il s’agit d’un retard physiologique des réflexes neuromusculaires contrôlant la vessie.

Secondaires

  • Trouble affectif : Il peut s'agir d'un trouble affectif ou d'un « refus de grandir ». Tout changement ou stress important est susceptible de déclencher une énurésie chez un enfant propre.

  • Trouble organique ou maladie : diabète sucré ou insipide, malformation de l'appareil urinaire d'origine congénitale, infection urinaire.

A noter : gardez à l’esprit que le pipi au lit est totalement inconscient de la part de l’enfant. Il est faux de dire qu’il « fait exprès » de faire pipi au lit comme on l’entend parfois.

Adopter une attitude positive

Chez un enfant de moins de 7 ans qui a toujours fait pipi au lit, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Mouiller son lit n’a rien d’exceptionnel et il est important de rester calme et patient. Si c’est le cas de votre bambin, il faut prendre les choses au sérieux et ne pas se moquer, ni le faire culpabiliser.

Incitez-le à aller aux toilettes avant de se coucher et félicitez-le en cas de nuit sans accident. Mieux vaut rester discret sur son problème : évitez d’en parler au cours du dîner ou lors des réunions de famille ! L’expérience serait humiliante. Au contraire, expliquez-lui qu’il n’est pas responsable et que beaucoup d’autres enfants vivent la même expérience désagréable que lui.

Pour en discuter, vous pouvez lui proposer de découvrir le site Tout savoir sur le pipi au lit qui répond avec simplicité aux questions que se posent les enfants.

Cependant, si votre enfant a déjà été propre longtemps avant de refaire pipi au lit ou s’il a des fuites urinaires dans la journée, une consultation s’impose afin de dépister un éventuel problème médical. De plus, au-delà de 11 ans, un traitement ou une prise en charge psychothérapeutique devient alors parfois vraiment nécessaire.

Les traitements possibles

Tôt ou tard, l'énurésie guérit toujours. Mais il est vrai que plus une énurésie est ancienne, plus le traitement sera difficile.

Deux types de traitement :

  • Traitements médicamenteux : ils ne sont pas systématiques. La prise en charge repose avant tout sur des mesures éducatives et hygiéniques (notamment concernant la répartition des boissons dans la journée, avec moins de liquides à l'approche du coucher).

  • Prise en charge psychologique : En s'entretenant avec l'enfant, le médecin va savoir s'il est indifférent à son symptôme, ou plutôt mal à l'aise, s'il tente de dissimuler le linge mouillé…

A noter : Il est important de ne pas faire de remarque désagréable sur ce symptôme, ni de se moquer de lui. Cela ne ferait que renforcer son trouble.

Nos solutions : les petits plus qui l'aiderons !

  • Lui faire comprendre qu’il n’y est pour rien,

  • Après l’heure du goûter, demandez-lui de boire le moins possible, sans pour autant le privé totalement de boire.

  • Evitez la soupe au dîner,

  • Instaurer un rituel immuable : proposez systématiquement à votre enfant d’aller aux toilettes juste avant de se mettre au lit.

  • Si la nuit a été sèche : valorisez votre enfant, félicitez-le !

  • Montrez-lui que vous accordez plus d’importance à ses réussites dans l’acquisition de la propreté, plutôt qu’au problème de lessive. Ainsi, il ne culpabilisera pas.

  • Un pot près de la veilleuse ou d'une source de lumière,

  • Une lumière laissée allumée pour qu'il puisse se lever seul,

  • Une protection imperméable pour le matelas,

  • Un pyjama de rechange,

  • Une serviette près du lit.